•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Développement urbain : retour sur le parcours de trois grandes villes européennes

    Une heure sur terre, 19 février 2010
    Radio-Canada

    Comment les infrastructures de transport peuvent-elles améliorer la qualité de vie des citoyens? En cette Journée mondiale des villes célébrée le 31 octobre, nous vous présentons trois reportages sur trois capitales européennes qui ont innové en matière de transports. Découvrez Berlin, Stockholm et Copenhague en train, en voiture et à vélo.

    L’intermodalité à Berlin

    En 2010, le journaliste Jean-François Lépine se rend en Allemagne pour l’émission Une heure sur terre et réalise un reportage diffusé le 19 février 2010. À Berlin, les trois quarts des habitants voyagent en transport en commun. La clé de ce succès : l’intermodalité. Les Berlinois peuvent utiliser plusieurs modes de transport au cours d’un même déplacement. À la Gare centrale de Berlin, tous les types de transport en commun s’interconnectent : TGV, train de banlieue, métro, autobus et vélo.

    L’intermodalité, c’est devenu un mode de vie pour beaucoup de Berlinois. L’attrait de la voiture est beaucoup moins fort que dans d’autres villes parce que les gens savent comment se déplacer sans leur automobile.

    Tilman Bracher, urbaniste

    Pour ceux qui veulent absolument avoir accès à une voiture à Berlin, la compagnie de transport public, la BVG, a aussi prévu un service d’autopartage.

    Stockholm, paradis du transport collectif?

    En matière de gestion des transports urbains, Stockholm pourrait faire la leçon à bien des villes canadiennes, à commencer par Montréal. Pour l’émission Une heure sur terre, le journaliste Davide Gentile se rend dans la capitale suédoise. Dans ce reportage diffusé le 14 octobre 2011, il expose en détail la recette pour réduire les embouteillages et accroître la fluidité dans les transports.

    Au début des années 2000, la congestion et la pollution augmentaient à Stockholm. Début 2006, un péage est imposé aux automobilistes. La majorité de la population s’y opposait, mais les embouteillages ont disparu du jour au lendemain.

    Cinq ans plus tard, cette taxe ne fait pas l’unanimité. Le journaliste rencontre une mère famille qui doit jongler avec son horaire pour éviter le péage quotidien, beaucoup trop coûteux pour son budget. « On a essayé de prendre le bus une fois avec le petit le soir, c’est pénible », explique-t-elle.

    Copenhague à bicyclette

    Ici, c’est dans la culture, tout le monde a sa bicyclette.

    Le journaliste Jean-Sébastien Cloutier

    En 2015, Copenhague, la capitale du Danemark, dépasse Amsterdam et devient la ville du vélo. Le journaliste Jean-Sébastien Cloutier s’y rend et produit, pour le Téléjournal Grand Montréal 18h, une série de reportages sur le transport urbain. Le premier, diffusé le 1er septembre 2015, s’intéresse à Copenhague en tant que paradis du vélo.

    Dans cette ville, tout est mis en place pour faciliter la vie aux cyclistes. Si bien que 63 % des résidents de la ville vont à l’école ou au travail à vélo. À l’inverse, seulement 22 % des ménages possèdent une voiture et seulement 10 % des habitants utilisent leur automobile tous les jours.

    Tout au long du reportage, le journaliste découvre quelques innovations qui permettent d’améliorer l’expérience cycliste. Parmi celles-ci : le repose-pied pour cyclistes aux intersections et les lumières indicatrices de vitesse sur les pistes cyclables.

    « Ici, les pistes cyclables sont salées et déneigées avant les routes », nous explique Jean-Sébastien Cloutier. Des mesures dont pourraient s’inspirer les villes canadiennes au climat nordique?

    Encore plus de nos archives 

    Archives

    International