•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec ouvre les évacuateurs de crue de la Côte-Nord

L'évacuateur de crue de Manic-2 est ouvert pour vider le trop-plein du réservoir.

L'évacuateur de crue de Manic-2 est ouvert pour vider le trop-plein du réservoir.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Hydro-Québec déverse l'eau retenue par ses barrages nord-côtiers depuis jeudi en raison des fortes précipitations et de la basse de demande en électricité. La société d'État n'avait jamais procédé à un déversement aussi important dans la région.

En fin de semaine, beaucoup de Nord-Côtiers ont remarqué qu'Hydro-Québec déversait l'eau contenue dans certains de ses réservoirs. Depuis jeudi, tour à tour, les évacuateurs de crue des ouvrages situés sur les rivières Bersimis, Manicouagan, aux Outardes et Toulnustouc ont été ouverts.

C'est la première fois qu'Hydro-Québec déverse autant d'eau d'un seul coup dans la région. Ce sont d'importantes réserves d'énergie qu'elle doit laisser aller pour préserver l'intégrité de ses barrages.

L'évacuateur de crue du barrage McCormick, qui dessert également le réservoir de Manic-1.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'évacuateur de crue du barrage Mc-Cormick qui dessert également le réservoir de Manic-1

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

La conseillère aux relations avec le milieu d'Hydro-Québec, Cathy Hamel, soutient qu'il y a deux façons pour gérer les forts apports en eau : « On doit soit les turbiner, donc produire de l'électricité, ou les laisser aller par le déversoir, par l'évacuateur de crue. »

Étant donné la situation actuelle : on est à l'automne, il fait froid, mais pas assez froid pour chauffer beaucoup ni assez chaud pour climatiser. On est donc dans un creux de charge et la demande n'est pas au rendez-vous.

Une citation de : Cathy Hamel, conseillère aux relations avec le milieu à Hydro-Québec
La conseillère aux relations avec le milieu à Hydro-Québec, Cathy HamelAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La conseillère aux relations avec le milieu chez Hydro-Québec, Cathy Hamel

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

Plusieurs réservoirs touchés

Seuls les barrages Outardes-3 et Outardes-4 n'ont pas fait l'objet de déversement pour l'instant. Le niveau d'eau qu'ils contiennent est constamment surveillé par Hydro-Québec.

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'on a une cote maximale d'exploitation, donc dans le courant, et on a aussi une cote maximale critique. C'est deux choses. On ne va pas à la critique, bien sûr, on va à la cote maximale d'exploitation. Quand on voit qu'on est près d'un niveau, on va laisser aller de l'eau par les évacuateurs.

Une citation de : Cathy Hamel, conseillère aux relations avec le milieu à Hydro-Québec
L'évacuateur de crue du barrage Outardes-2Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'évacuateur de crue du barrage Outarde-2

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

De samedi à dimanche, l'évacuateur de crue du barrage Manic-5 a même été ouvert pendant 24 heures, ce qui n'était pas arrivé depuis une trentaine d'années. L'eau s'approchait de la limite de 354 mètres qu'Hydro-Québec doit respecter en raison d'une injonction du conseil de bande de Pessamit.

On parle vraiment d'une crue record. Ce n'est jamais arrivé qu'on déverse à Manic-5, c'est-à-dire qu'on laisse passer de l'eau par l'évacuateur de façon volontaire. C'est sûr que chaque année il y a des essais qui sont faits sur l'évacuateur pour assurer le bon fonctionnement.

Une citation de : Cathy Hamel, conseillère aux relations avec le milieu à Hydro-Québec

Les barrages touchés :

  • Manic-1
  • Manic-2
  • Manic-3
  • Manic-5
  • Bersimis-1
  • Bersimis-2
  • Outardes-2
  • Toulnustouc

La situation est différente du côté de La Romaine, où les évacuateurs de crue sont utilisés régulièrement et continueront de l'être pour régulariser la production du complexe hydroélectrique jusqu'à ce que toutes les centrales soient en fonction.

D'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !