•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes au visage voilé devront s'identifier avant de voter à Montréal

Warda Naili portant une niqab rose
Warda Naili, une Québécoise ayant choisi de porter le niqab. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

La loi sur la neutralité religieuse adoptée par Québec plus tôt ce mois-ci n'aura pas d'incidence sur le scrutin municipal de dimanche, certifie Élection Montréal, qui compte gérer cette question de la même manière qu'elle l'a fait en 2013. Une femme portant le niqab ou la burqa pourra donc voter sans problème, à condition toutefois qu'elle puisse « établir son identité à visage découvert », ne serait-ce que brièvement.

Un texte de Jérôme Labbé

Bien que le nombre de femmes portant le voile intégral à Montréal ou ailleurs au Québec soit extrêmement faible, la possibilité existe, reconnaît le porte-parole d'Élection Montréal, Pierre G. Laporte, selon qui un cas s'est présenté lors des dernières élections municipales, dans le quartier Parc-Extension.

La personne en question avait pu voter, car elle avait accepté de se plier à l'article 215 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, qui stipule que « l’électeur doit [...] établir son identité à visage découvert ».

Comment l'identité de cette femme avait-elle pu être établie? M. Laporte se contente de dire que le scrutateur avait pu voir son visage.

« Ça peut se faire de façon discrète », explique-t-il, précisant qu'une fois identifiée, la personne pouvait très bien recouvrir son visage et se diriger vers l'isoloir pour exprimer son choix.

Le porte-parole d'Élection Montréal répondait ainsi à un communiqué du Collectif contre la loi 62, selon lequel les « femmes musulmanes au visage voilé seront refusées aux bureaux de vote lors des élections municipales de Montréal » en raison de la nouvelle loi sur la neutralité religieuse.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Toujours d'après l'article 215 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, une personne dont l'identité ne pourrait être établie par un scrutateur serait redirigée vers « la table de vérification de l’identité des électeurs ».

Une seule exception est prévue, à l'article 213. « L’électeur qui ne peut s’identifier à visage découvert pour des raisons de santé physique qui apparaissent valables au directeur général des élections [...] peut obtenir une autorisation lui permettant de s’identifier sans se découvrir le visage, après avoir signé le serment prévu à cette fin devant les membres de la table de vérification », prévoit la Loi.

Grand Montréal

Politique municipale