•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peut-on interdire tout ce qui dérange?

Stephanie Vallee, ministre de la Justice

Stéphanie Vallée, ministre de la Justice

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le visage voilé et le voile intégral dérangent. C'est évident. Ils causent un malaise bien réel même chez ceux qui n'aiment guère la loi 62 ou les chartes des valeurs. Mais la question qu'on doit se poser maintenant, c'est est-ce qu'on peut, est-ce qu'on doit interdire tout ce qui dérange? Que ce soit pour la réception des services publics ou pour l'ensemble de l'espace public.

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

Évidemment, on peut gouverner par sondages. Dans ce cas, le voile intégral serait interdit non seulement au Québec, mais dans l’ensemble du Canada. Toutefois, on ne gouverne pas par sondages, sinon on devrait aussi rétablir la peine de mort et éviscérer la loi 101 en retournant au libre-choix de la langue d’enseignement (Nouvelle fenêtre), par exemple.

Interdire la burqa et le niqab dans l’espace public est une solution facile qui peut sembler attrayante à première vue. Sauf qu’une telle interdiction devrait pouvoir se justifier devant les tribunaux, dont la première question serait nécessairement : quel est l’objectif de cette l’interdiction? Avoir le visage couvert n’est pas, en soi, un danger pour l’ordre ou la sécurité publique. Et il est bien difficile de voir quel est l’intérêt pour la société d’empêcher une femme voilée de fréquenter une bibliothèque.

Pour justifier cette interdiction, on parle donc de laïcité. Mais celle-ci n’est pas le droit pour l’État d’interdire les manifestations religieuses. Au contraire, la laïcité est fondée sur trois grands principes : la séparation des institutions de l’État et des organisations religieuses, la liberté de conscience et de manifester ses convictions ainsi que l’égalité de tous, quelles que soient leurs croyances, devant la loi.

L’interdiction du voile intégral serait alors contraire à l’idée même de la laïcité, puisqu’un homme portant un turban ou une kippa ou un col romain aurait le droit de manifester ses convictions religieuses, contrairement à une femme musulmane.

Cela dit, il est évident que le voile intégral n’est pas un vêtement comme les autres et qu’il peut être un instrument d’oppression des femmes – encore qu’on aura un problème avec des femmes qui disent le porter par choix et de leur plein gré.

Pénaliser les victimes

Mais si on admet que la plupart des femmes qui portent une burqa ou un niqab sont obligées de le faire et sont donc des victimes, pourquoi doivent-elles être pénalisées par l’État? Quel est l’intérêt pour la société de les marginaliser davantage en leur niant l’accès au transport en commun?

Il y a, enfin, une troisième justification que l’on voit de plus en plus dans les médias : celui de la résistance à l’islam radical. C’est une théorie qu’on pourrait désigner comme celle du cheval de Troie.

Comme si chaque femme voilée était un pion dans une guerre visant à faire reculer nos valeurs occidentales et à faire gagner la cause des extrémistes islamiques et de leur ordre du jour rétrograde. Ce qui justifierait de les exclure de notre vue.

Le seul ennui, c’est que les tenants de cette théorie ne peuvent apporter de preuve de ce qu’ils avancent à part leurs propres mises en garde. À moins, évidemment, de croire toutes les anecdotes ou les campagnes de peur et de désinformation qu’on lit sur les médias sociaux et qui voudraient, par exemple, que l’effet ultime des chartes des droits serait d’établir la charia chez nous.

C’est avec des théories du complot du même genre que l’on propose de construire des murs aux frontières et d’empêcher, sans autre forme de procès, toute immigration des pays musulmans. C’est populaire, mais ce n’est pas une solution.

Évidemment, c’est plutôt facile de faire peur au monde avec l’Islam ces temps-ci. Comme on l’a fait de tout temps avec n’importe quelle minorité impopulaire. Et la « solution » la plus facile reste, bien entendu, l’interdiction pure et simple.

Ce qui crée une énorme pression sur les gouvernements afin de leur demander de « mettre leurs culottes » et de faire quelque chose. Mais ce sera toujours bien difficile de trouver des solutions avec des principes aussi flous et une menace aussi mal définie. Et c’est tellement simple d’interdire quelque chose qui dérange.

Politique provinciale

Politique