•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de loi gouvernemental pour reconnaître le caractère bilingue de la capitale nationale

Marie-France Lalonde en point de presse
La ministre des Affaires francophones de l'Ontario, Marie-France Lalonde, était au Congrès annuel de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario le 28 octobre 2017. Photo: Radio-Canada

Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a profité samedi du Congrès annuel de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), à Ottawa, pour annoncer le dépôt d'un projet de loi à Queen's Park pour reconnaître le caractère bilingue de la Ville d'Ottawa.

« Notre gouvernement a l'intention de déposer un projet de loi cet automne qui reflètera le travail de [la députée libérale d'Ottawa-Vanier] Nathalie [Des Rosiers] », a lancé la ministre des Affaires francophones de l'Ontario, Marie-France Lalonde, durant un point de presse au congrès de l'AFO samedi.

Rappelons qu'en mai dernier, Mme Des Rosiers avait déposé un projet de loi privé qui visait à enchâsser le règlement municipal sur le bilinguisme et la politique de la Ville sur les services en français dans la Loi sur la ville d'Ottawa, dans l'objectif de protéger ces acquis.

Les membres de l'AFO réunis en congrès se sont réjouis de cette annonce.

« C'est une bonne nouvelle, parce que la situation qui était la plus difficile était de convaincre le maire Watson d'aller dans cette direction-là », a souligné le président de l'AFO, Carol Jolin, en saluant au passage le travail de la députée d'Ottawa-Vanier qui est parvenue à convaincre le maire d'Ottawa d'appuyer son initiative privée.

M. Jolin se veut également très optimiste quant à l'avenir du projet et sa réception par les partis d'opposition à Queen's Park. « Je vois très mal comment des partis seraient contre ça », a-t-il souligné.

Cet optimisme est d'ailleurs partagé par le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau. Selon lui, un projet de loi gouvernemental aurait plus de chance d'être adopté qu'un projet de loi privé, notamment parce que 56 des 107 députés provinciaux sont libéraux.

« C'est un projet de loi gouvernemental, et donc les probabilités que ça passe maintenant sont énormes. Donc, j'ai bien hâte que ce soit réglé », a-t-il relaté.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Ottawa-Gatineau

Francophonie