•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Kenney élu chef du Parti conservateur uni en Alberta

Jason Kenney devant ses partisans.
Jason Kenney devient le premier chef élu du Parti progressiste conservateur. Photo: La Presse canadienne / Jeff McIntosh
Radio-Canada

Pari réussi sur toute la ligne. Plus d'un an après avoir lancé sa campagne pour rassembler la droite en Alberta, Jason Kenney est devenu samedi le premier chef du Parti conservateur uni (PCU).

Il a été élu au premier tour avec 61,1 % des voix.

L'ancien chef du Wildrose, Brian Jean, a obtenu 31,5 % des bulletins et 7,3 % sont allés à l'avocat Doug Schweitzer.

Près de 94 % des 63 000 membres du PCU qui étaient inscrits ont participé au scrutin.

L'ancien ministre fédéral de 49 ans a promis aux militants conservateurs albertains de remporter les prochaines élections de 2019.

 

Dans son discours devant plus de 1100 militants conservateurs à Calgary, le nouveau chef a voulu parler non seulement à ses partisans, mais aussi à tous les Albertains sans emploi qui vivent des moments difficiles.

Ce soir nous leur disons que l’espoir est à l’horizon.

Jason Kenney, chef du Parti conservateur uni

Jason Kenney a déclaré vouloir refaire de l’Alberta une terre de possibilités en concentrant les efforts du gouvernement sur la prospérité plutôt que d’hypothéquer l’Alberta en dette.

« Nous venons de franchir un pas de plus vers un gouvernement qui va se lever pour défendre notre province contre les attaques grandissantes envers nos ressources et notre économie », a-t-il déclaré.

Le nouveau chef en a profité pour blâmer la première ministre Rachel Notley et son gouvernement néo-démocrate pour la situation économique difficile de l’Alberta. Un gouvernement qu’il qualifie de « tueur d’emplois » .

Sa rivale, Rachel Notley l’a pour sa part félicité pour sa victoire par message Twitter.

Pendant la course, Jason Kenney a proposé de faire campagne contre la taxe carbone et d'équilibrer le budget provincial par la relance de l'économie et la rigueur budgétaire.

Jason Kenney ne s'est toutefois pas engagé sur un programme détaillé. Il veut laisser les militants fixer la ligne politique du parti lors du congrès fondateur prévu début 2018.

M. Kenney était le fer de lance d'un mouvement pour que les progressistes-conservateurs et les membres du Wildrose Party s'unissent pour battre les néodémocrates.

Jason Kenney au lancement de sa campagne à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta.En juillet 2016, Jason Kenney se lançait dans la course à la direction du Parti progressiste conservateur de l’Alberta, avec comme objectif d’unir les deux partis de la droite en province. Photo : Radio-Canada / CBC

L'ancien ministre fédéral avait remporté la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur plus tôt cette année après avoir parcouru la province pour vanter le projet d'unification des forces politiques.

Les membres des deux partis ont finalement voté à 95 % en faveur de la fusion.

Jason Kenney dirige maintenant un groupe d'opposition formé de 27 députés.

Le nouveau chef n'a toutefois pas de siège à l'Assemblée législative. Il devra attendre une éventuelle élection partielle, ou encore les prochaines élections générales.

Reconstruire le programme

La prochaine étape consistera à définir les politiques et les orientations de la nouvelle formation. Des associations travaillent déjà à recruter des candidats, et l'idée consiste à en présenter dans toutes les circonscriptions de la province lors des prochaines élections générales, qui sont prévues au printemps 2019.

La campagne à la chefferie n'aura d'ailleurs pas été de tout repos sur le plan des idées.

MM. Jean et Schweitzer ont dévoilé des plans pour réduire la dette albertaine tout en assurant la relance économique. M. Kenney s'est quant à lui abstenu de donner trop de détails quant à ses intentions sur ce plan.

Il a affirmé soutenir un plus grande liberté pour les entreprises, tout en précisant qu'il laisserait aux membres la tâche d'élaborer le programme économique.

M. Schweitzer a par ailleurs fait pression sur M. Kenney et le parti pour adopter des positions plus progressistes sur diverses questions sociales. Selon lui, il est essentiel de séduire les jeunes électeurs et de couper l'herbe sous le pied du Nouveau Parti démocratique.

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Politique