•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Épandage de Phoslock à Bromont : une première dans la lutte contre les algues bleues

Le lac Bromont
Le lac Bromont Photo: Radio-Canada / Mélissa François
Radio-Canada

La Ville de Bromont va de l'avant avec le Phoslock pour enrayer la prolifération d'algues bleu-vert. Plus de 175 tonnes de ce produit australien ont été épandues dans le lac Bromont. Si le Phoslock tient ses promesses, ces algues nocives devraient être complètement éliminées d'ici cinq ans.

C'est en juillet 2017 que la Ville a obtenu la certification du ministère de l'Environnement pour pouvoir verser dans le lac ces 175 tonnes du produit composé d'argile et de lanthane, qui a pour fonction d'emprisonner le phosphore contenu dans le plan d'eau. Le phosphore contribue à nourrir les algues et du même coup à leur prolifération.

« Ce dont on se rendait compte, c'est que les efflorescences devenaient de plus en plus importantes et ça limitait de plus en plus les activités récréatives sur le lac, comme la baignade », explique Anne Joncas, présidente de l'Association de conservation du bassin versant du lac Bromont.

La plage fermait de plus en plus souvent.

Anne Joncas

« Nous avons traité plus de 200 lacs à travers le monde et nous avons connu le succès », indique Nigel Traill, représentant de l'entreprise Phoslock.

Cinq années d'études en collaboration avec l'UQAM ont néanmoins été nécessaires avant d'en venir à cette solution.

« S'il n'y a pas un contrôle très sévère des fosses septiques, ça peut à long terme devenir à nouveau un problème pour le lac, l'apport du phosphore », explique Dollors Planas, chercheuse à l'UQAM.

Anne Joncas, de l'Association de conservation du bassin versant du lac Bromont, en entrevue à Radio-Canada lors de l'épandage du Phoslock Anne Joncas, l'Association de conservation du bassin versant du lac Bromont Photo : Radio-Canada

« Nous, ce que cela a démontré, c'est que le problème est dans le lac. Donc, si on ne capte pas ce phosphore-là, le lac Bromont est appelé à disparaître, à mourir », prévient Mme Joncas.

Une première

L'épandage de Phoslock n'a encore jamais été fait dans un lac de la province. Et au lac Bromont, ce doit être le seul.

« Cette application devrait être une seule application si la dose a été bien calculée et qu'on réduit les apports externes », note Mme Joncas.

Les travaux, qui ont commencé le 25 octobre, devraient s'échelonner jusqu'au 10 novembre. L'accès à l'eau est interdit pendant les travaux.

L'épandage sera assumé par la Municipalité et coûtera 615 000 $.

Environnement