•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau, ville laide? Quatre coups de coeur pour prouver le contraire

Les immeubles tout en verre et en béton se dressent vers le ciel.

Les édifices fédéraux de la Place du Portage, à Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Gatineau est-elle une ville laide? C'est l'épineuse question à laquelle le dernier épisode de Labrosse-Wellington a tenté de répondre. Avant de trancher, des architectes en herbe ont voulu nous faire visiter leur lieu favori à Gatineau. Rencontre avec quatre jeunes qui rêvent d'une ville plus audacieuse.


Viktor Ivanovitch, 21 ans
Profil : étudiant en architecture, spécialisation urbanisme
Son coup de coeur : Portage II (inauguré en 1976)
Sa priorité pour Gatineau : améliorer le transport en commun « pour connecter les gens »
Sa ville coup de coeur : Vienne, en Autriche

Si on veut créer une meilleure vie urbaine, il faut investir dans les transports en commun.

Une citation de : Viktor Ivanovitch, étudiant en architecture
Un jeune homme assis au bord d'une fontaine située au milieu d'une place publique. Autour de lui, des édifices gouvernementaux en béton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Viktor Ivanovitch, étudiant en architecture

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi


Izza Lapalice, 30 ans
Profil : diplômée d’une maîtrise en architecture
Son coup de coeur : le pont Alexandra (inauguré en 1901)
Sa priorité pour Gatineau : créer un sentiment d’appartenance fort chez les résidents pour que « les gens se voient dans leur ville »
Sa ville coup de coeur : Paris, en France

Mon impression, c’est que [Gatineau] n’est pas une ville qui s’aventure dans les grandes choses.

Une citation de : Izza Lapalice, diplômée en architecture
Une jeune femme sur la voie piétonne d'un imposant pont en acier. En arrière-plan, des voitures, un autobus, des piétons et des cyclistes.  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Izza Lapalice, diplômée en architecture

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi


David Bastien-Allard, 21 ans
Profil : étudiant en architecture, spécialisation design
Son coup de coeur : le Centre de préservation (inauguré en 1997)
Sa priorité pour Gatineau : miser sur l’art urbain dans les espaces publics pour « donner une vibe » à la ville
Sa ville coup de coeur : Chicago, aux États-Unis

Si on se force à créer des édifices intéressants, les gens deviennent intéressés, ils sont curieux.

Une citation de : David Bastien-Allard, étudiant en architecture
Un jeune homme debout devant un bâtiment de style high-tech. Derrière lui, de grands panneaux vitrés et des poutres en acier. Il s'appuie sur un support à vélos et son visage est tourné vers l'édifice. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Bastien-Allard, étudiant en architecture

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi


Jonathan Caron, 21 ans
Profil : étudiant en architecture, spécialisation design
Son coup de coeur : le Musée canadien de l’histoire (inauguré en 1989)
Sa priorité pour Gatineau : développer le centre-ville pour « revitaliser la vie de quartier »
Sa ville coup de coeur : Copenhague, au Danemark

Plus on met de l’argent et plus on met de l’effort, plus la ville va devenir agréable et ça en vaut la chandelle.

Une citation de : Jonathan Caron, étudiant en architecture
Un jeune homme debout, de profil devant la façade extérieure du Musée canadien de l'histoire, un édifice en pierre connu pour ses formes courbes et ses lignes ondulées. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jonathan Caron, étudiant en architecture

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Et vous? Quel est votre coin coup de coeur à Gatineau? Laissez-nous un commentaire!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !