•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’AFO a des objectifs ambitieux pour la francophonie ontarienne

Une affiche d'accueil des participants au congrès indique le thème «Dépassons nos objectifs».
Le congrès annuel de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a lieu à Ottawa du 27 au 29 octobre 2017. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Réunie en congrès à Ottawa, l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario vise des objectifs ambitieux. Parmi les volontés de l'organisme se trouve une refonte de la Loi sur les services en français, un plan pour augmenter l'immigration francophone dans la région et des services de santé mieux adaptés aux besoins des francophones.

Le congrès annuel de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), qui a pour thème « Dépassons nos objectifs », se déroule de vendredi à dimanche.

Les membres profitent de l’occasion pour identifier les services en français disponibles, mais ils s’intéressent aussi aux services qui n’existent pas encore.

L’Hôpital Montfort y a partagé ses idées pour améliorer l’accessibilité aux soins de santé en français dans la province. Selon le Dr Denis Prud’homme, l’amélioration de la prestation des services de santé en français passerait notamment par l’identification linguistique des futurs professionnels de la santé.

« Il y a des étudiants francophones qui sont acceptés dans des programmes anglophones, que ce soit au niveau de la médecine, des sciences infirmières et autres dans les universités et les collèges anglophones de l’Ontario, mais on ne fait pas nécessairement l’identification de la variable linguistique dans l’offre de soins », a-t-il déclaré.

La priorité santé s’exprime aussi sous d’autres formes auprès des autorités.

« L’argument qu’on utilise toujours, c’est celui de la sécurité et de la qualité des soins. Bien sûr, il y a la loi, mais au-delà de ça, si on veut traiter un patient et bien le traiter, il faut le traiter dans sa langue », a expliqué Estelle Duchon, directrice générale du Service de planification des services de santé en français.

Moderniser la Loi sur les services en français

Francois Boileau, commissaire aux services en françaisLe commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, est ouvert à l’idée de revoir l’ensemble de la loi sur les services en français. Photo : Radio-Canada

Les progrès dans le secteur de la santé dépendent aussi de la Loi sur les services en français.Trente ans après sa mise en place, elle a besoin d’être modernisée. Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, est ouvert à l’idée de revoir l’ensemble de la loi.

« Si on s’engage à rouvrir la loi, on s’engage à l’ouvrir non pas par sections seulement. C’est vraiment l’ensemble de la loi qu’il faudrait modifier, réécrire, donc c’est une refonte de la loi sur les services en français et je suis content de voir que l’AFO l’a identifié comme priorité », a-t-il lancé.

L’AFO profitera de son congrès pour célébrer les 10 ans du Commissariat aux services en français.

Selon le vice-doyen du programme français de la section de common law de la faculté de droit de l’Université d’Ottawa, Yves LeBouthiller, une nouvelle Loi sur les services en français devrait inclure des principes comme l’offre active et la reddition de comptes.

« Si on a une loi, les citoyens doivent savoir si elle est opérationnelle et dans quelle mesure elle est opérationnelle, donc je pense que le minimum, c’est qu’il y ait reddition de comptes par les gens qui sont payés pour faire en sorte que les services existent », a-t-il dit.

Pour que tout cela se réalise, il faudra qu’il y ait une volonté politique à Queen’s Park. Une discussion avec les représentants des partis politiques se déroulera d'ailleurs samedi, en l’absence des conservateurs.

D'après un reportage de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Francophonie