•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité des Canadiens appuie la loi sur la neutralité religieuse, révèle un sondage

Une femme portant le niqab

Une femme portant le niqab

Photo : AFP / Fred Dufour

La Presse canadienne

Bien que plusieurs médias et politiciens du reste du Canada aient pourfendu la loi portant sur la prestation de services à visage découvert au Québec, la grande majorité des citoyens canadiens approuve les principes qui la sous-tendent.

C'est du moins ce que démontre un sondage Ipsos réalisé pour la chaîne de télévision Global, qui dévoile du même coup un écart important entre le discours véhiculé dans les médias du Canada anglais et ce que pense la population qu'ils desservent.

Ainsi, l'enquête démontre qu'à l'échelle nationale, 68 % des Canadiens - incluant les Québécois - appuient une politique de prestation et d'obtention de services publics à visage découvert.

De passage vendredi à Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie, le premier ministre Justin Trudeau ne s'est pas montré impressionné par ces chiffres.

M. Trudeau, qui n'a pas caché son irritation face à cette législation depuis le début, a répété que la Charte canadienne des droits et libertés vise à protéger les minorités et qu'il est encore plus important d'accorder cette protection « quand c'est impopulaire » de le faire.

Le premier ministre a répété une nouvelle fois que l'État ne devrait pas « dire aux femmes ce qu'elles doivent ou ce qu'elles ne doivent pas porter ». Il n'a pas écarté la possibilité de contester la loi devant les tribunaux, affirmant que son gouvernement allait évaluer comment il peut « continuer d'assurer que les droits de tout le monde soient toujours respectés ici, au Canada ».

Visage découvert : appui à tous les niveaux

Le découpage provincial du sondage place toujours le Québec en tête, avec 76 % des répondants favorables au principe du visage découvert. La Colombie-Britannique, le Manitoba et la Saskatchewan suivent de près, avec un appui de 69 % pour une telle politique.

L'Ontario, à 66 %, et l'Alberta, à 64 %, suivent. Les provinces atlantiques ferment la marche avec un appui de 57 % des répondants en faveur de cette approche.

La majorité des Canadiens sont en faveur d'une politique de visage découvert, quelle que soit la manière dont le découpage est effectué, mais des nuances s'imposent.

Par exemple, les hommes appuient cette approche à 73 %, mais les femmes à 64 %; l'appui le plus faible selon le découpage, soit 53 %, provient des jeunes de 18 à 34 ans, alors que les 35 ans et plus sont en faveur, dans des proportions variant de 72 à 74 %.

La scolarisation réserve une surprise : les détenteurs d'un diplôme secondaire ou collégial accordent un soutien de 70 % à la loi, comparativement à 60 % chez les diplômés universitaires. Ce sont ceux qui ont la scolarité la plus faible, c'est-à-dire les répondants qui n'ont pas complété leur secondaire, qui présentent le plus faible taux d'appui, à 58 %.

Enfin, par tranche de revenu, l'appui le plus important vient de la tranche qui gagne entre 60 000 $ et 100 000 $, en faveur du principe à 72 %. Ceux qui gagnent plus de 100 000 $ ou moins de 60 000 $ présentent des taux d'appui variant de 64 à 68 %.

Le sondage a été réalisé en ligne du 23 au 25 octobre 2017 auprès de 1001 répondants.

La firme Ipsos précise qu'elle n'applique pas de marge d'erreur à un sondage en ligne, mais plutôt ce qu'elle appelle « un intervalle de crédibilité » qui, dans ce cas-ci, est évalué à plus ou moins 3,5 % dans 19 cas sur 20.

Politique provinciale

Société