•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CPIP dépose officiellement un recours judiciaire contre la Saskatchewan et le CSF

Jean de Dieu Ndayahundwa est très fâché de l'appel d'offre lancé par le CSF pour confier la gestion des services administratifs du CÉF à une tierce partie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés de la Saskatchewan (CPIP) dépose officiellement un recours contre le gouvernement de la Saskatchewan et le Conseil scolaire fransaskois (CSF).

L'avocat du CPIP, Gabriel Poliquin, a confirmé le dépôt, vendredi, du recours judiciaire à la Cour du banc de la Reine de Regina.

Ce recours vise à obtenir la construction d'une deuxième école élémentaire dans la ville, financée par la province. Il demande aussi qu'une partie des élèves de l'École élémentaire Monseigneur de Laval déménage à l'École Dieppe dans un premier temps.

C'est que le Collectif des parents inquiets et préoccupés considère que les infrastructures du pavillon primaire de l'école Monseigneur de Laval sont inadéquates.

D'après son communiqué sorti jeudi, le CPIP affirme avoir tenté en vain de trouver une solution négociée avec le Conseil des écoles fransaskoises par rapport aux manquements constatés à l'École élémentaire Monseigneur de Laval.

Le Collectif reproche ainsi au Conseil scolaire fransaskois de ne pas satisfaire à ses obligations en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés

Le Conseil scolaire fransaskois n'est pas en mesure de satisfaire à ses obligations en vertu de la Charte, parce qu'il n'est pas proprement financé.

Maître Gabriel Poliquin, avocat représentant le CPIP

Avec ce recours, Me Gabriel Poliquin espère que le CSF se range du côté des parents, comme lors d'un recours similaire en Colombie-Britannique.

Le CSF réagit favorablement

Par ailleurs, même s'il est visé par le recours, le CSF pourrait appuyer la démarche du CPIP. Le président du CSF, Martin Prince, soutient que le conseil défend les droits de tous les parents fransaskois.

On tente de pouvoir faire respecter les droits constitutionnels de tous les Fransaskois, incluant ces parents-là. C'est peut-être justement ce point déclencheur-là qui va nous encourager et nous inciter à passer à l'action.

Martin Prince, président du CSF

Les membres du CSF vont se rencontrer la semaine prochaine pour discuter des prochaines étapes à suivre.

De son côté, la présidente sortante de l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Françoise Sigur-Cloutier, n'a pas voulu se prononcer par rapport à la partie du recours qui concerne le CSF avant d'en avoir discuté avec d'autres représentants de l'ACF.

Mais pour ce qui est du recours contre le gouvernement provincial, elle est plutôt optimiste.

Ils ont travaillé fort, je crois, pour essayer d'obtenir d'autres soutiens. S'ils ne l'ont pas obtenu, il va falloir se servir de cette cause comme un exemple et que ça fasse en quelque sorte jurisprudence pour les autres régions.

Françoise Sigur-Cloutier, présidente de l'ACF

Avec les informations de Pamela Kazekare

Saskatchewan

Éducation