•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de centres d'hébergement pour les sans-abri cet hiver à Toronto

un sans-abri dort dans une rue à même le sol avec un sac de couchage sur lui
La Ville de Toronto prévoit ouvrir cinq centres d'hébergement pour les sans-abri pendant les mois d'hiver. Photo: Radio-Canada / David Donnelly
Radio-Canada

La Ville de Toronto prévoit ouvrir cinq centres d'hébergement pour les sans-abri pendant les mois d'hiver. Ce sont deux de plus que l'an dernier, mais pour certains militants contre la pauvreté, ce n'est toujours pas assez.

Ces centres seront ouverts en continu, jour et nuit dès le 15 novembre jusqu'au 15 avril.

Des organisations communautaires aideront sur place, même si c'est la Ville qui reste la gérante principale des centres et les finance.

Les cinq centres : 

  • Ouest du centre-ville - 25 avenue Augusta
  • Centre-ville - 21 Park road
  • Est du centre-ville - 323 rue Dundas est
  • Scarborough - 705 avenue Progress, Unité 29
  • Parkdale - location TBA

Cette annonce survient alors que les dernières données de la Ville ont révélé que le système d'hébergement pour les sans-abri avait atteint 97 % de sa capacité mercredi.

En 2014 et 2015, les centres n'étaient ouverts que lorsque le médecin en chef de la Ville partageait un avis de froid extrême.

L'an dernier, il y avait trois centres ouverts, mais ils n'étaient ouverts que quelques jours par semaine. La demande avait aussi été importante et le manque d'espaces pour accueillir les sans-abri a forcé des centres à en refuser certains parfois.

L'objectif cette année est donc de désengorger le système et d'avoir plus de lieux d'hébergement temporaires. Le centre St-Félix sur l'avenue Augusta forme par exemple de nouveaux employés présentement et transformera l'une de ses salles en dortoir.

« Notre centre n'est pas [dans les faits] un refuge, mais nous pourrons héberger une cinquantaine de personnes », précise Brian Harris, directeur des programmes au centre St-Félix.

Les personnes qui viendront dans ce centre recevront des repas chauds, des services sociaux et auront également accès à une banque de vêtements pour se prémunir contre le froid.

sous un pont de Toronto des tas d'ordures et une tente plantée c'est un endroit où dorment quelques sans-abri.Certains militants contre la pauvreté jugent que la Ville ne fait pas assez pour protéger les sans-abri. Photo : Radio-Canada / Grant Linton

Pas assez, disent des militants

Certains militants déplorent toutefois que les données sur l'itinérance à Toronto ne soient toujours pas accessibles. Selon eux, la Ville doit faire davantage pour leur venir en aider.

Cathy est infirmière et travaille avec les sans-abri et pour elle, il ne fait aucun doute que ces centres ne sont qu'une solution temporaire. « C'est mieux que l'année dernière, mais c'est horrible parce que ce n'est qu'un pansement », regrette-t-elle.

Selon elle, il faudrait au moins 1000 lits permanents pour combler la demande actuelle.

Elle craint aussi que les nouveaux centres d'hébergement deviennent surpeuplés et ne soient donc pas en mesure de respecter les normes imposées pour les refuges.

Brian Harris espère pour sa part que les données sur la population itinérante seront bientôt récoltées et publiées en temps réel afin de permettre aux agences et à la Ville de mieux cibler leurs interventions.

D'après le reportage de Philippe de Montigny

Toronto

Pauvreté