•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Laboratoires nucléaires canadiens réévaluent leur projet à Chalk River

Au premier plan, on peut voir des édifices. À l'arrière, se trouve un dépotoir.
Maquette du futur site de gestion de déchets radioactifs de Chalk River, en Ontario Photo: Laboratoires nucléaires canadiens
Radio-Canada

Les Laboratoires nucléaires canadiens (LCN), qui entendent gérer un dépotoir nucléaire sur le site de l'ancienne centrale nucléaire de Chalk River, ont annoncé que seuls les déchets nucléaires de faible activité seront finalement enfouis dans ce dépotoir.

Ce projet de dépotoir nucléaire près de la surface, à une centaine de mètres de la rivière des Outaouais, soulève tout un tollé. L'entreprise dit notamment avoir reçu plus de 200 commentaires lors de la période de consultation publique sur l'étude de l'impact environnemental du projet.

Les LNC disent maintenant avoir réévalué leur projet en tenant compte des commentaires de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) et de ceux du public et qu'il respecte maintenant les lignes directrices de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Un bon pas, selon Sentinelle Outaouais

Le directeur général de Sentinelle Outaouais, Patrick Nadeau, soutient que l'abandon de l'enfouissement des déchets de moyenne activité est une bonne nouvelle, qui montre que « la participation du public a été très importante ».

Mais il ajoute que cela ne fait pas encore du projet des LNC un projet acceptable.

Même si on parle seulement de déchets de faible activité, il n’en demeure pas moins que ça demeure des déchets radioactifs dans un site près de la surface.

Patrick Nadeau, directeur général, Sentinelle Outaouais

M. Nadeau ajoute que l'entreprise n'a toujours pas fourni de détails sur le type de déchets qui seront acceptés dans ce dépotoir. Outre la radioactivité, certains peuvent contenir « des métaux lourds, des BPC, du mercure », souligne-t-il.

« Nous, on n'est pas prêt à dire qu'il n'y a plus de risques tant qu'on n’aura pas vu précisément quels types de déchets radioactifs ils souhaitent mettre là-dedans », a précisé Patrick Nadeau.

Les LNC indiquent dans leur communiqué que le dépotoir de Chalk River « fournira une solution d’élimination sécuritaire à des déchets hérités provenant de 65 ans d’activités; des déchets issus de la remise en état des terrains contaminés; des débris provenant du déclassement d’infrastructures désuètes aux Laboratoires de Chalk River, dans le cadre de la revitalisation en cours du site ».

Selon le site de la CCSN, « les déchets de faible activité contiennent des matières dont la radioactivité dépasse les seuils autorisés et les quantités d’exemption. Ce type de déchets perd la majorité ou la totalité de sa radioactivité en 300 ans ou moins ».

Évaluation environnementale à venir

Les LNC doivent maintenant fournir leur rapport final sur l'impact environnemental de leur projet à la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

Le public aura encore l'occasion de réagir au projet, lors des audiences de l'évaluation environnementale.

Pollution

Environnement