•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mairie de Montréal : rien n’est acquis pour Denis Coderre

Les détails avec Julie Marceau

Sondage CROP-Radio-Canada – La candidate de Projet Montréal, Valérie Plante, devance légèrement le maire sortant de Montréal, Denis Coderre, dans la course à la mairie. Et les chantiers de construction y sont peut-être pour quelque chose.

Un texte de Ximena Sampson

Des 1094 Montréalais consultés, 39 % ont l’intention de voter pour Mme Plante contre 37 % pour M. Coderre.

 

Cependant, si on ne regarde que les intentions de ceux qui se disent certains d’aller voter et qui ont effectivement voté aux élections municipales de 2013, on obtient plutôt 45 % pour Denis Coderre et 42 % pour Valérie Plante.

Ce qui semble nuire à M. Coderre, c’est sa gestion de l’impact des chantiers de construction sur la congestion routière, révèle le sondage. Alors que c’est le principal enjeu pour les Montréalais sondés, seuls 20 % d’entre eux se disent « très » ou « plutôt satisfaits » de la façon dont M. Coderre a géré ce dossier.

Cela démontre que l’insatisfaction est grande et qu’on aimerait essayer une autre option sur un enjeu qui est très important pour les Montréalais.

Céline Berre, vice-présidente, CROP
 

La majorité des gens interrogés font plus confiance à Valérie Plante pour s’occuper du dossier des chantiers, ainsi que du développement du transport collectif et de la cohabitation sécuritaire entre les piétons, les cyclistes et les automobilistes.

Denis Coderre arrive premier pour le déneigement, le ramassage des ordures et l’environnement, qui comprend le verdissement des espaces publics, le compostage et le recyclage.

 

Sur toutes les questions, la proportion de gens qui ne font pas confiance à Valérie Plante est d’environ 15 %, alors que dans le cas de M. Coderre, elle oscille entre 31 % et 55 %. Par contre, tous les répondants avaient une opinion sur la façon de gérer les enjeux du maire sortant, mais le quart des gens sondés ne se sentaient pas en mesure de le faire pour la candidate de Projet Montréal.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Bilan positif pour M. Coderre

Le bilan du maire sortant est plus qu’honnête, estime Céline Berre. « C’est un bilan qui est quand même positif, considérant que les gens ont tendance à être assez critiques envers les politiciens municipaux », affirme-t-elle.

En outre, 58 % des gens pensent que l’image de Montréal s’est améliorée au cours des quatre dernières années.

 

Un projet sur lequel Denis Coderre a beaucoup misé est le 375e de Montréal. Des centaines de millions de dollars ont été investis dans les festivités. Qu’en pensent les Montréalais?

 

Si la perception qu’ont les gens du 375e est plutôt partagée, en ce qui concerne un autre projet cher au maire Coderre, la formule E, elle est majoritairement négative.

 

On observe, cependant, de fortes différences selon les groupes d’âge.

En effet, les jeunes interrogés (18-34 ans) jugent la course de formule E moins sévèrement que les personnes plus âgées : 40 % des jeunes interrogés estiment qu’elle a été bénéfique malgré ses désagréments, alors que les 55 ans et plus ne sont que 22 % à partager cet avis.

Par ailleurs, 44 % des gens sondés sont plutôt défavorables à un retour de la formule E, tandis que 24 % y sont favorables et que 25 % n’ont pas d’opinion. Ce sont encore les jeunes qui sont les plus nombreux à souhaiter son retour (34 %), ce qui n’est le cas que de 18 % des personnes de 55 ans et plus.

La ligne rose

En ce qui concerne la proposition de Mme Plante, la ligne de métro reliant Lachine à Montréal-Nord, la perception des personnes sondées est plutôt positive. Près d’un répondant sur deux trouve qu’il s’agit d’une excellente idée.

 

Encore une fois, on remarque une différence selon l’âge. Alors que 64 % des 18-34 estiment qu’il s’agit d’une excellente proposition, ce n’est le cas que de 33 % des gens âgés de 55 ans et plus. Une majorité de ces derniers (58 %) trouve l’idée intéressante, mais irréaliste financièrement.

Méthodologie

La collecte des données s’est déroulée du 19 au 24 octobre 2017 par le biais d’un panel web auprès de résidents de Montréal de plus de 18 ans. Au total, 1094 questionnaires ont été remplis. Les résultats ont été pondérés pour refléter la population montréalaise. Il est impossible de calculer une marge d'erreur sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

À lire aussi : 5 clés pour comprendre les sondages électoraux

Le leadership

Denis Coderre est perçu comme le candidat ayant le plus de leadership, mais aussi comme le plus arrogant.

« Sur la gestion des chantiers, qui est un des enjeux importants de cette campagne, et sur la formule E, M. Coderre a démontré peu d’écoute de la population, alors peut-être que ça se retourne un peu contre lui », croit Céline Berre, de CROP.

Valérie Plante, pour sa part, est perçue comme une personne intègre, à l’écoute et inspirante.

 

« Le nerf de la guerre »

La principale inconnue demeure le taux de participation. « C’est le nerf de la guerre », avance Alain Giguère, président de CROP.

Lors des dernières élections municipales, en 2013, ce taux n’a été que de 42 %. Par contre, 81 % des personnes interrogées dans le cadre de ce sondage ont déclaré vouloir aller voter.

« Il y a un fort pourcentage de gens qui n’osent pas admettre dans un sondage qu’ils n’iront pas faire leur devoir de citoyens », croit M. Giguère. « Mais ces gens-là, sont-ils en faveur de M. Coderre ou de Mme Plante? »

Parmi les 18-34 ans, 51 % disent qu’ils iront « certainement » voter, contre 73 % des 55 ans et plus. Si cela se confirme, c’est Mme Plante qui risque d’être désavantagée puisque, selon les résultats du sondage, elle est appuyée davantage par les plus jeunes et par les familles, deux groupes qui ont tendance à être plus abstentionnistes.

Quand on est soutenu par des groupes qui ont tendance à ne pas aller voter, [le taux de participation] devient encore plus important.

Céline Berre, vice-présidente de CROP

Le taux d’indécis est, lui aussi, encore assez élevé. « On ne sait pas exactement comment ils vont se répartir au final; c’est la prochaine semaine de campagne qui va définir ça », croit Mme Berre.

Politique municipale

Politique