•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeunesse contre sagesse en politique municipale

À gauche, la candidate Lysa Bergeron, 20 ans. À droite, le candidat Lucien Mongrain, 85 ans.
À gauche, la candidate Lysa Bergeron, 20 ans. À droite, le candidat Lucien Mongrain, 85 ans. Photo: Radio-Canada / Yoann Dénécé

À 85 ans, Lucien Mongrain est maire de Trois-Rives depuis 35 ans. Il sollicite un 13e mandat. À moins de 100 km de sa municipalité, Lysa Bergeron, 20 ans, souhaite être mairesse de Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Bien que le directeur général des élections du Québec (DGEQ) ne tienne pas de statistiques sur l'âge des candidats, c'est fort probablement en Mauricie que se trouvent la plus jeune et le plus vieux candidat à la mairie de la province. Radio-Canada leur a posé les six mêmes questions.

Propos recueillis par Maude Montembeault

1. Quel est le rôle d’un maire en 2017?

Lysa Bergeron
« La première chose, c’est d’écouter ses citoyens, parce que de plus en plus, avec les réseaux sociaux, les gens sont renseignés. Une de nos responsabilités, c’est de bien les renseigner à notre sujet. La deuxième responsabilité, c’est de les écouter, parce qu’ils peuvent avoir une opinion qui peut être complète. »

Lucien Mongrain
« Le rôle, c’est que les gens paient moins cher de taxes et qu’ils soient dans une belle place, qu’il fasse bon vivre dans la municipalité de Trois-Rives. »


2. Comment intéresser la population à la politique municipale?

Lysa Bergeron
« En allant chercher des dossiers qui les touchent et en prenant les dossiers pour lesquels ils se sentent plus distants, mais en leur faisant remarquer ce que font ces dossiers-là pour la population. Je pense que c’est comme ça qu’on va chercher les jeunes et les moins jeunes. »

Lucien Mongrain
« En leur démontrant qu’on offre un service, qu’on s’occupe d’eux autres. Quand ils appellent ici les secrétaires, moi, je reçois un téléphone cinq minutes après. On leur démontre qu’on s’occupe des gens. »

Lysa Bergeron assise dans le studio de Radio-Canada-Mauricie-Centre-du-Québec.Lysa Bergeron se passionne pour le biathlon et elle participe à la relance du centre de ski Mont-Carmel. Photo : Radio-Canada

3. Qui est votre modèle politique, votre mentor?

Lysa Bergeron
« C’est un octogénaire. J’ai beaucoup à apprendre de lui. Ce n’est pas nécessairement au niveau de la politique directement qu’il me conseille, mais plutôt quant à savoir comment on gère les opinions et le stress lié à la politique. Ce sont de très bons conseils que je suis quotidiennement. Il s’agit de Marcel Gagnon, ex-député péquiste et bloquiste. »

Lucien Mongrain
« C’est une femme. Julie Boulet, parce qu’elle a beaucoup travaillé dans le comté et elle a apporté des services. Elle s’occupe de n’importe quel dossier, que ce soit le gars qui est mal habillé ou autre. Il y a un dossier, un problème, elle est là et elle va aider. »


4. Quelle est la place des femmes en politique?

Lysa Bergeron
« La femme prend de plus en plus sa place, mais ce n’est pas une place qu’elle vole. C’est une place dont elle a besoin, une place méritée. C’est aussi une place qu’on se doit de célébrer. Ce n’est pas d’imposer une femme, c’est plutôt de dire qu’elles ont le droit de vote comme le droit de se présenter. Environ la moitié des citoyennes sont des femmes, donc elles ont droit d’être représentées. »

Lucien Mongrain
« Ce n’est pas un problème. Souvent, la conseillère, une femme, elle va dire : " Lucien, occupe-toi des chemins, on ne connaît pas ça, va voir et parle-nous-en." Ça a toujours été pareil. Quand il arrive des choses, on passe ça au conseil. Les femmes sont là, elles donnent leurs idées et bien souvent, elles sont bonnes. C’est bien sûr qu’une femme pour les chemins, il y en a qui ne connaissent pas ça. Il y en a d’autres qui en savent, elles parlent. Moi, je n’ai absolument pas de problème avec ça. »


Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

5.Comment assurer la vitalité des petites municipalités?

Lysa Bergeron
« Ça passe par l’emploi, ça passe par l’entreprise, par la formation. Je crois que de garder nos jeunes, c’est une des plus belles opportunités qu’on peut avoir pour revitaliser nos régions. »

Lucien Mongrain
« C’est difficile. Comme ici, ils disent : "On va emmener des enfants." On n’en a plus, d’enfants! Les gens, quand ils appellent ici et qu’ils ont l’intention d’acheter une maison, ils veulent savoir qu’est-ce que nous avons en services. "Avez-vous Internet? Avez-vous le cellulaire? Avez-vous une école? Avez-vous un dépanneur? Avez-vous un bureau de poste?" C’est la nature. Les gens viennent ici pour la nature, la tranquillité, les lacs, la pêche, la chasse, ils ont tout ça. »


6. Quel conseil pourriez-vous donner à un candidat à la mairie de 85 ans?

Lysa Bergeron
« Profiter du fait qu’il a connu toutes sortes de situations et donner de bons conseils pour les gros défis qu’on a à affronter. Je ne pense pas que les situations vécues autrefois sont si éloignées des prochaines situations qu’on va vivre. Je pense plutôt que tout ça a un lien. »

Quel conseil pourriez-vous donner à une candidate à la mairie de 20 ans?

Lucien Mongrain
« Commencer comme conseillère pendant un an. Si elle veut être impliquée, elle y va. Il faut qu’elle parte de là. Ne pas arriver avec un paquet de choses qu’elle ne sait pas. Un an comme conseillère. »

Mauricie et Centre du Québec

Politique