•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bateaux devront demeurer à 200 mètres des épaulards en Colombie-Britannique

Deux épaulards qui soufflent hors de l'eau.

Le bruit des embarcations marines nuit aux épaulards dans leurs recherches de nourriture, soutiennent les biologistes.

Photo : Mark Malleson

La Presse canadienne

Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, annonce qu'il mettra en place de nouvelles règles avant le printemps prochain afin de s'assurer que les bateaux dans les eaux canadiennes ne s'approchent pas à moins de 200 mètres des épaulards du sud de la Colombie-Britannique.

Dominic LeBlanc a affirmé aux journalistes à sa sortie de la Chambre des communes qu’il avait clairement entendu le message des scientifiques lors d’un symposium sur les baleines de la Colombie-Britannique au début du mois d'octobre. Ils lui ont fait comprendre qu'il fallait plus d’actions, non seulement pour protéger l’espèce, mais aussi pour aider les populations à se régénérer.

Il ne resterait que 78 épaulards dans la mer des Salish, qui compte une série de voies navigables au sud de la Colombie-Britannique et au nord de l’État de Washington.

Les preuves scientifiques démontrent que le bruit des cargos et des embarcations touristiques d’observation des baleines est l’une des plus grandes menaces pour l’espèce. Le bruit empêche les baleines d’utiliser leur capacité à percevoir les sons pour trouver de la nourriture.

Comme les Américains

L’État de Washington dispose déjà d’une loi sévère qui oblige les embarcations à demeurer à plus de 200 mètres des baleines en tout temps. Le Canada ne dispose pour le moment que d’une recommandation, soit celle de respecter une distance de 100 mètres.

Le ministre a fait savoir que son ministère est à pied d’oeuvre afin d’adopter des règles le plus rapidement possible. Celles-ci forceraient les bateaux à garder une distance de 200 mètres des épaulards et de 100 mètres de tout mammifère marin.

Dominic LeBlanc lance un appel à tous les navigateurs de bateaux d’observation des baleines afin qu’ils adoptent dès maintenant, de façon volontaire, une distance de navigation de 200 mètres des baleines.

D'autres mesures bientôt

Selon le ministre des Transports, Marc Garneau, il s’agit de la première d’une série de mesures à venir destinées à protéger les mammifères marins.

Dominic LeBlanc présidera une table ronde à Moncton, le mois prochain, qui vise à déterminer les actions à prendre pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord. Treize baleines noires ont été tuées par des bateaux et de l’équipement de pêche dans le golfe du Saint-Laurent, cette année, et trois autres sont mortes dans les eaux américaines.

Le gouvernement dit évaluer toutes les options possibles pour protéger les baleines, notamment l’imposition d’une limite de vitesse permanente, l’adoption de nouvelles règles sur l’équipement de pêche et la modification du calendrier de la pêche au crabe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux