•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Burnaby se défend de faire obstruction à Trans Mountain

Des bouts de pipeline sur le sol devant les montagnes
Des morceaux de pipeline sur les terrains de Trans Mountain à Kamloops, en Colombie-Britannique. Photo: Jonathan Hayward/La Presse canadienne

La Ville de Burnaby, en Colombie-Britannique, se défend de faire volontairement obstacle au projet d'expansion du pipeline Trans Mountain de l'entreprise Kinder Morgan. Celle-ci a déposé jeudi une plainte devant l'Office national de l'énergie.

Le maire de Burnaby, Derek Corrigan, s’est dit insulté par les accusations de Kinder Morgan.

Je n’ai pas le pouvoir d’intervenir dans le processus de délivrance des permis, que ce soit pour nuire à la demande d’une entreprise ou pour accélérer son traitement.

Derek Corrigan, maire de Burnaby

Kinder Morgan Canada affirme que la Ville de Burnaby, en Colombie-Britannique, a refusé de lui fournir les permis nécessaires pour son projet d'expansion du pipeline Trans Mountain. L'entreprise demande à l'Office national de l'énergie (ONE) d'intervenir.

La Ville de Burnaby et ses habitants s'opposent au projet d'expansion de 7,4 milliards de dollars, qui permettrait d'acheminer du pétrole albertain à la ville côtière, pour des raisons environnementales.

Kinder Morgan a écrit dans une déclaration, jeudi, qu'elle demande à l'ONE de mettre en place un processus qui permettrait de prendre des décisions rapides dans ce genre de situation.

Selon l'entreprise, un tel processus est nécessaire pour atteindre son objectif d'avoir un pipeline en état de marche au mois de décembre 2019.

Dans une déclaration sous serment soumise à l'ONE, le vice-président des opérations de Kinder Morgan Canada, Michael Davis, affirme que chaque mois de retard coûte 35 millions de dollars à l'entreprise et la prive de 90 millions de dollars de revenu.

Environnementalistes et Premières Nations inquiets

Le chef de la Première Nation de Squamish, Ian Campbell, un opposant au projet, dénonce une tentative de Kinder Morgan pour contourner les règlements municipaux de Burnaby. « Ça va seulement créer plus d’agitation chez les opposants au projet », affirme-t-il.

L’avocat et membre de l’organisme West Coast Environmental Law Eugene Kung accuse Kinder Morgan de ne respecter que les lois qui l’avantagent.

Nous avons vu plusieurs exemples, en particulier aux États-Unis, où Kinder Morgan a violé, ignoré ou tenté d’invalider des lois adoptées démocratiquement.

Eugene Kung, avocat en droit de l’environnement

Nigel Banks, professeur de droit à l'Université de Calgary et spécialiste des ressources naturelles, croit cependant que l'entreprise devrait avoir gain de cause devant l'Office national de l'énergie. « Les règlements municipaux peuvent être valides la plupart du temps, mais dans le cas d’un conflit [au sujet d’un pipeline] l’autorisation fédérale va probablement prévaloir », explique-t-il.

Le projet Trans Mountain a reçu l'approbation du gouvernement fédéral, mais fait face à de l'opposition de la part d'environnementalistes, de peuples autochtones, de municipalités et du gouvernement provincial en Colombie-Britannique.

Alberta

Industrie pétrolière