•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attirer les immigrants sur la Côte-Nord : les politiciens municipaux interpellés

Bocar Diagana, président du regroupement Amicale interculturelle de Sept-Îles (AMIS), et Hélène Lejeune, vice-présidente du regroupement AMIS

Bocar Diagana, président du regroupement Amicale interculturelle de Sept-Îles (AMIS), et Hélène Lejeune, vice-présidente du regroupement AMIS

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le président du regroupement Amicale interculturelle de Sept-Îles (AMIS), Bocar Diagana, se dit déçu des réponses des deux candidats à la mairie en ce qui a trait aux mesures pour attirer, intégrer et garder plus d'immigrants dans la région.

Au débat électoral qui s'est tenu lundi au Cégep de Sept-Îles, Bocar Diagana a questionné les deux candidats à la mairie à ce sujet, et leurs réponses l'ont déçu.

« Apparemment, il n’y a pas grand-chose dans leur programme pour inciter les immigrants à venir dans la région », note Bocar Diagana, qui est enseignant au Département de technologie minérale du Cégep de Sept-Îles.

Selon les données du recensement de 2016 de Statistique Canada, un peu plus de 20 % de la population a déclaré être, ou avoir été, un immigrant. Pour la Côte-Nord, les données indiquent que moins de 1 % de la population serait issue de l'immigration.

« La plupart des immigrants, quand ils arrivent ici, c’est leur communauté qu’ils cherchent. Si leur communauté n’est pas organisée, évidemment, ça ne leur donne pas envie de rester », soutient Bocar Diagana.

Le regroupement AMIS se veut un peu une façon de pallier cette situation.

« On a créé cette association pour non seulement rapprocher ces immigrants des communautés locales et autochtones, mais aussi donner des services », explique Bocar Diagana.

La création du regroupement est assez récente et beaucoup reste à faire.

Le sentiment d’isolement représente un facteur majeur de retour vers les grands centres, selon Hélène Lejeune, vice-présidente du regroupement AMIS, responsable des services aux immigrants au centre Alpha Lira et responsable de la francisation.

Les élus devraient mieux s’informer sur la réalité des immigrants et inciter les employeurs à embaucher ces derniers, plaide Hélène Lejeune.

Les avantages que l’on trouve à Montréal, on les trouve aussi ici, à Sept-Îles, et pas les inconvénients.

Bocar Diagana , président du regroupement Amicale Interculturelle de Sept-Îles

Selon Hélène Lejeune, les emplois offerts en restauration peuvent convenir à certains immigrants, mais pas tous. Elle rappelle que le coût de la vie est élevé à Sept-Îles et que certains immigrants peuvent préférer aller dans une région où le coût de la vie est moins élevé qu’ici et qu’à Montréal.

Sans oublier que ceux qui sont fortement scolarisés sont en général encore plus réticents à occuper un emploi sans lien avec leur champ de spécialisation, fait-elle également valoir.

Côte-Nord

Société