•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron du SPVM suspend son chef de cabinet

Les précisions de Pascal Robidas
Radio-Canada

Le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Philippe Pichet suspend son chef de cabinet Imad Sawaya. Ce dernier est visé par une enquête pour fraude et abus de confiance menée par une équipe mixte dirigée par la Sûreté du Québec (SQ), dans le cadre de laquelle une perquisition a été menée jeudi soir au quartier général du SPVM.

Dans un communiqué laconique en milieu d'avant-midi, le patron du SPVM indique avoir suspendu « un de [ses] cadres, dès maintenant, pour une période indéterminée, jusqu'à ce que toute la lumière soit faite », sans nommer son chef de cabinet. Il a plus tard confirmé en entrevue à Radio-Canada qu'il s'agit bien de M. Sawaya.

Cette situation n'affecte en rien le lien de confiance qui l'unit à Imad Sawaya, a-t-il assuré. « J’ai encore confiance en M. Sawaya. Laissons les [enquêteurs de la SQ] faire leur travail et on verra par la suite s’il y a des accusations de déposées », a-t-il réclamé, plaidant en faveur du principe de la présomption d'innocence. « Le jugement populaire, je ne suis pas pour ça. »

M. Pichet a souligné qu'il ne se défilait en aucune façon. « Cette nuit, j’étais au quartier général, je rencontrais mes adjoints. À la première heure ce matin, j’étais sur le trottoir et je donnais de l’information. Pourquoi je fais ça? J’ai prôné la transparence, j’ai dit que j’allais être disponible. Le citoyen se pose des questions, bien moi, je suis dans la rue et je réponds aux questions », a-t-il dit.

En s'adressant une première fois aux médias très tôt vendredi matin, M. Pichet avait souligné : « C’est une enquête, à ce qu’on m’a dit, qui remonte à 2015. C’est une histoire de temps supplémentaire, d’obtention de primes », a expliqué M. Pichet.

« C’est déjà des choses [sur lesquelles] on avait été questionnés. [Imad Sawaya] avait répondu aux journalistes. À ma connaissance, ce dossier-là avait tout été vérifié. Il n’y avait aucune anomalie », a poursuivi le numéro un du corps policier municipal.

« Ce que je comprends, c’est que quelqu'un a appelé la Sûreté du Québec », ce qui a relancé le dossier, a précisé M. Pichet.

Ce que je sais dans ce dossier, c’est que tout était correct. Est-ce que je suis surpris? Non, parce que je connaissais l’histoire. Maintenant, il y a peut-être d’autres informations que je ne possède pas.

Philippe Pichet

M. Pichet a précisé avoir été informé de l'opération policière par le directeur général adjoint de la SQ, Yves Morency, jeudi vers 16 h.

Après s'être assuré que les divisions touchées allaient collaborer avec les enquêteurs au dossier, M. Pichet a réuni son état-major pour discuter de la suite des choses.

Imad Samaya, chef de cabinet du directeur du SPVM, a été suspendu de ses fonctions.Imad Samaya, chef de cabinet du directeur du SPVM, a été suspendu de ses fonctions. Photo : Journal Métro

Selon lui, la police provinciale a aussi perquisitionné dans les locaux des divisions de la planification opérationnelle, des ressources humaines et des archives du SPVM, au poste de quartier 38 et dans un « édifice de la paye » de la Ville de Montréal. Il a démenti que des résidences privées ont été visitées par des enquêteurs.

Toutes ces perquisitions ont été menées par l'équipe mixte de la Sûreté du Québec qui enquête sur les pratiques des affaires internes du SPVM. « C'est vraiment relié à une enquête spécifique », a tenu à préciser M. Pichet, en se disant soucieux de rassurer la population.

C’est sûr que, comme organisation, comme SPVM, ça vient nous ébranler. On perquisitionne nos locaux.

Philippe Pichet

« C’est rare. Je pense que c’est la première fois, à ma connaissance, qu’on perquisitionne des locaux du service de police, le quartier général. Ce n’est pas vide de sens », a admis Philippe Pichet.

Selon nos informations, plusieurs policiers actifs ou à la retraite auraient été interrogés par l'équipe mixte d'enquête de la Sûreté du Québec.

La majorité des policiers de la SQ sur le territoire montréalais ont dû être mobilisés pour participer aux perquisitions. Ce sont donc leurs collègues de Laval qui ont été transférés vers l'île de Montréal durant quelques heures pour assurer la surveillance du réseau autoroutier.

Pour le moment, aucun chef d'accusation n'a été déposé contre Imad Sawaya.

Avant de devenir le bras droit de M. Pichet, il y a quelques mois, M. Sawaya dirigeait le poste de quartier 24, dans l'arrondissement d'Outremont.

Le maire sortant de Montréal, Denis Coderre, entouré de candidats de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, lors d'un point de presse dans le quartier Saint-Michel.Denis Coderre était de passage à l'usine de Keurig Canada, dans le quartier Saint-Michel. Photo : Radio-Canada

Ni Coderre ni Plante ne blâment Pichet

Le maire de Montréal, Denis Coderre, est demeuré circonspect lorsqu'il a été interrogé sur ces développements en fin de matinée, lors d'une visite d'usine effectuée dans le cadre de sa campagne électorale.

« Au niveau de la paye, ce n’est pas aux élus de régler ça. Surtout quand il y a eu une perquisition. Alors on va les laisser faire leur travail », a-t-il laissé tomber.

« C’est une question qui relève de la police, qui [fait son] travail. Au bout de la ligne, il faut juste s’assurer qu’il y a présomption d’innocence », a-t-il ajouté.

M. Coderre a aussi vanté la réaction du chef Pichet et a assuré que ce dernier aura toujours son appui s'il est réélu pour diriger la métropole.

M. Pichet a ma pleine confiance. Il a pris le taureau par les cornes. Et on voit, jusqu’à présent, que les choses fonctionnent bien. […] Moi, j’ai tout à fait confiance, et au SPVM, et à M. Pichet.

Denis Coderre

La rivale de M. Coderre dans la présente campagne électorale municipale, Valérie Plante, a dénoncé des « liens de proximité, presque de promiscuité » entre Philippe Pichet et l'Hôtel de Ville.

« C'est malsain », a estimé la chef de Projet Montréal. « Je pense que les Montréalais sont inquiets [et se demandent si] c’est bien étanche entre le politique, le SPVM et certaines grandes entreprises privées », a-t-elle dit.

Les flèches de Mme Plante visaient le maire sortant bien davantage que le directeur du SPVM : « Il n’est pas question pour moi de décider de l’avenir de M. Pichet. Je respecte l’enquête qui est en cours, le travail de la Sûreté du Québec, et on verra bien. Le 5 novembre, si je suis mairesse, on aura des discussions, M. Pichet et moi, sur notre vision de la ville, nos orientations, mais en ce moment, pas question pour moi de me prononcer. »

Le président de la Fraternité des policiers et des policières de Montréal, Yves Francoeur, a pour sa part fait savoir qu'il n'est « pas surpris » par les allégations visant le chef de cabinet de M. Pichet.

Avec les informations de Pascal Robidas

Pour joindre Pascal Robidas : 514 895-0158 ou pascal.robidas@radio-canada.ca

Grand Montréal

Justice et faits divers