•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Odorat et Parkinson : vers un diagnostic plus précoce?

La main d'un vieil homme déposée sur son genou

Le parkinson est caractérisé, entre autres, par un tremblement même lorsque le membre est au repos.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un chercheur de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) tente d'établir un lien entre la perte de l'odorat et la maladie de Parkinson. Ces recherches pourraient permettre une détection plus précoce de la maladie.

La plupart des gens souffrant de cette maladie neurologique ont aussi une perte de l'odorat.

Le chercheur de l’UQTR Johannes Frasnelli est l'un des rares chercheurs au Canada qui se spécialise dans l'odorat.

Les participants à l'étude devront entre autres détecter les odeurs qu'on leur propose. Le chercheur fera passer ce test à des volontaires pour évaluer leurs capacités olfactives et comparera celles-ci avec un groupe ayant un diagnostic de Parkinson.

« Nous savons que la maladie de Parkinson atteint différentes parties du cerveau, et les premières régions du cerveau qui sont affectées sont les régions responsables de la perception des odeurs », élabore M. Frasnelli.

C’est le premier symptôme qui se manifeste chez les gens atteints.

« Le problème de l'odorat précède les autres symptômes moteurs d'à peu près dix ans et tous les patients atteints de cette maladie ont un trouble de l'odorat. Donc, ce que nous voulons faire, c'est de voir si l'on peut utiliser cette information-là pour faire un dépistage précoce pour la maladie de Parkinson », avance le chercheur.

Plus de 100 000 Canadiens sont atteints de cette maladie. Tous les jours, 25 personnes au pays reçoivent un diagnostic de Parkinson. La maladie est pour l’instant incurable.

« On ne peut pas avoir une thérapie curative non plus, mais on pourrait arrêter le progrès de la maladie et donc, éviter que les gens ne développent la maladie de Parkinson. Ce n'est pas nous qui allons le faire, mais on travaille avec d'autres chercheurs partout dans le monde pour résoudre ce mystère », conclut M. Frasnelli.

Avec des informations de Pierre Marceau

Mauricie et Centre du Québec

Recherche médicale