•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapports sexuels sans consentement : un homme coupable d'agression sexuelle

Mad-Giovanni Turpin.
Mad-Giovanni Turpin Photo: Radio-Canada

Un homme qui a profité de l'état d'intoxication avancé d'une jeune femme expulsée du Dagobert est coupable d'agression sexuelle.

Un texte de Yannick Bergeron

Mad-Giovanni Turpin s'est défendu en disant que la victime avait consenti à avoir des rapports sexuels avec lui. Elle les a même amorcés elle-même, selon lui.

La juge Christine Gosselin n'a pas retenu sa version des faits, même si la victime avoue ne se souvenir de rien.

La jeune femme, qui avait 19 ans au moment des événements, en février 2012, s'était réveillée dans la chambre à coucher de Turpin, à Sainte-Foy.

La juge conclut que Mad-Giovanni Turpin a fait preuve d'aveuglement volontaire quant à l'état d'ivresse avancé de la victime.

Avec des amis, la victime était partie de la Rive-Sud, près de Montréal, pour venir faire la fête sur la Grande Allée, à bord d'un autobus nolisé pour l'occasion.

En route, dans l'autobus, l'alcool coulait à flots.

Critique envers le Dagobert

La victime ne se souvient même pas être entrée dans le bar où elle ne restera d'ailleurs pas longtemps, en raison de son état.

« La plaignante est expulsée de façon intempestive par un portier qui la sépare de son groupe d'amis », observe la juge qui se montre critique envers le Dagobert.

Cette expulsion, faite manu militari par l'établissement, l'a été sans aucun égard pour la sécurité de la plaignante.

La juge Christine Gosselin

C'est alors que Mad-Giovanni Turpin a abordé la jeune femme pour la faire monter dans son véhicule.

Lors du procès, Turpin a plaidé la croyance sincère, mais erronée du consentement de la jeune femme, version que la juge Christine Gosselin a balayée du revers de la main.

Après le verdict de culpabilité, l'avocat de la poursuite a demandé l'incarcération immédiate de l'homme de 33 ans, originaire de l'île de la Réunion.

Turpin a donc pris le chemin des cellules, en attendant de connaître la durée de sa peine.

Les avocats reviendront devant la juge Gosselin dans un mois pour faire leurs observations sur la peine que Turpin devrait purger pour son crime.

Québec

Justice et faits divers