•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés déposera son recours judiciaire vendredi

Une salle de classe.

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés a indiqué qu’il tente, sans succès, de trouver une solution négociée depuis avril 2015 pour remédier au manque d'espace dans les écoles fransaskoises.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) réclame une nouvelle école primaire fransaskoise pour la région scolaire de Regina. Dans un recours qu'il déposera vendredi, il demande aux tribunaux d'exiger de la province qu'elle permette entre-temps à des élèves du programme élémentaire de l'École Monseigneur de Laval d'occuper les locaux de l'École Dieppe School.

Le Collectif estime que les infrastructures et les services scolaires offerts à la communauté francophone de Regina ne sont pas de qualité égale à ceux offerts à la majorité anglophone.

« L’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés bafoué à l’École Monseigneur de Laval. »

— Une citation de  communiqué du Collectif des parents inquiets et préoccupés

Le CEF en ligne de mire

Le Collectif a déclaré dans le communiqué que le Conseil des écoles fransaskoises « n’a pas respecté ses engagements » concernant l’entente conclue avec le CPIP qui visait à chercher de nouvelles écoles pour les trois régions scolaires de Saskatoon, de Prince Albert et de Regina.

« Nous avons pris la décision difficile d’aller de l’avant sans le Conseil des écoles fransaskoises. »

— Une citation de  communiqué du Collectif des parents inquiets et préoccupés

Le Collectif a par ailleurs salué l'appui officiel de l’Assemblée des députés communautaires et de l’Association Canadienne française de Regina, tout en faisant un appel du pied au conseil-école de l’École Monseigneur de Laval qui s’est déjà prononcé en faveur d’un appui au CPIP.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !