•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chargés de cours de l'UQO vont intensifier leurs moyens de pression

Sur une affiche, on peut lire « Université du Québec en Outaouais - Campus Alexandre-Taché ».
L'Université du Québec en Outaouais (UQO), à Gatineau (archives) Photo: Radio-Canada

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l'Université du Québec en Outaouais (SCCC-UQO) veut intensifier ses moyens de pression pendant ses négociations avec l'Université. Il n'écarte pas la possibilité de déclencher une grève.

Un texte de Dominique Degré

C’est ce qu’a affirmé la présidente du Syndicat, Marie-Josée Bourget, dans la foulée d’un point de presse jeudi pour faire un bilan des discussions avec la partie patronale.

Tant la direction de l’Université que le Syndicat avaient exprimé une volonté d’en arriver à une nouvelle entente d’ici Noël.

Mme Bourget estime qu’après plusieurs séances de discussions, les négociations se sont détériorées et qu’une entente d’ici le temps des Fêtes est improbable.

« On ne voit pas comment, alors qu’on n’a à peu près rien de négocié, on va arriver à une entente en si peu de rencontres », a expliqué Mme Bourget, en soulignant qu’il ne restait que cinq séances de négociation d’ici la date butoir souhaitée par les deux parties.

Selon le directeur des communications et du recrutement à l’UQO, Gilles Mailloux, des membres de la direction croient toujours qu’une entente est possible d’ici la fin de l’année.

Grève en vue?

Toutes les options sont considérées, selon la présidente du SCCC-UQO, dont le déclenchement d’une grève. Les discussions sur cette mesure seront abordées lors de la prochaine assemblée générale du Syndicat le 27 novembre prochain.

Très clairement, on a mentionné à l’employeur qu’on allait faire des actions pour augmenter notre visibilité, qu’on tenait à avoir un règlement pour Noël et qu’on allait prendre les moyens pour que ça se passe.

Marie-Josée Bourget, présidente du SCCC-UQO

Les quelque 700 chargés de cours représentés par le Syndicat sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2016. Ils souhaitent notamment une meilleure parité avec les professeurs en matière de rémunération et de représentation sur certains comités.

Ottawa-Gatineau

Éducation