•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide médicale à mourir : une plus faible augmentation du nombre de cas au Québec

L'aide médicale à mourir est offerte depuis décembre 2015 au Québec.
L'aide médicale à mourir est offerte depuis décembre 2015 au Québec. Photo: iStock

Le nombre de Québécois qui obtiennent l'aide médicale à mourir augmente moins rapidement depuis six mois. Des chiffres compilés par Radio-Canada indiquent une augmentation d'au moins 7 % pour la période allant de décembre 2016 à juin 2017.

Un texte de Davide Gentile

Au cours de ce semestre, 316 cas ont été déclarés aux établissements contre 295 pour le semestre précédent pour un total de 611 cas.

Dans son rapport déposé jeudi à l'Assemblée nationale, la Commission des soins de fin de vie arrive à un total plus élevé de 638 cas pour les deux derniers semestres. Un chiffre différent parce qu'il comprend aussi des cas d'aide médicale à mourir rapportés au Collège des médecins.

La majorité des demandes d'aide médicale à mourir ont été « administrées ». Entre juin 2016 et juin 2017, 62 % des patients qui l'ont demandée l'ont obtenue au Québec.

On note à nouveau des disparités importantes entre différentes régions. Pour l'île de Montréal par exemple, 93 des 205 demandes d'aide médicale à mourir ont été refusées. Alors qu'en Estrie, seulement 11 des 44 demandes n'ont pas été « administrées ». Au cours des prochains mois, la Commission aura pour mandat d'analyser les motifs de ces refus.

La Commission sur les soins de fin de vie analyse les formulaires de demande après l'aide médicale à mourir. Elle note que les procédures sont dans la très grande majorité des cas, soit 92 %, conformes aux exigences de la loi. Un seul des patients qui a reçu l'aide médicale depuis 18 mois n'aurait pas été admissible au sens de la loi sur les soins de fin de vie.

Le dossier de l'aide médicale à mourir pourrait se complexifier au cours des prochains mois.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a nommé les membres d'un groupe d'experts qui doit analyser la possibilité d'élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. Ce comité se penchera entre autres sur les dilemmes éthiques posés par l'application de l'aide médicale à mourir aux personnes inaptes, et des directives médicales anticipées qui pourraient être formulées à cet effet.

Société