•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un discours du Trône qui ne fait pas l’unanimité

Le palais législatif de la Saskatchewan

Le palais législatif de la Saskatchewan

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les réactions n'ont pas tardé à se faire entendre à la suite du discours du Trône prononcé cet après-midi au Palais législatif à Regina.

D’abord, le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan s’est dit déçu. La chef intérimaire du parti, Nicole Sarauer, prétend que le texte de Brad Wall, prononcé en marge du discours, parlait davantage de son héritage que des citoyens de la province.

Toutefois, Nicole Sarauer a salué la décision du gouvernement Wall de mettre en place un partenariat avec le Québec pour améliorer la qualité du français dans les écoles francophones et les écoles d’immersion de la Saskatchewan.

Une décision qui réjouit aussi la présidente de l’Assemblée communautaire fransaskoise, Françoise Sigur-Cloutier.

« C’est une entente de partenariat sur différents domaines, entre autres l’éducation, mais aussi la culture, le développement rural, économique, culturel. Je sais que l’on travaille sur cette entente-là depuis un certain temps entre les deux provinces, et c’est donc une bonne nouvelle de savoir que cette entente-là va sûrement aboutir », explique-t-elle.

Selon Mme Sigur-Cloutier, le partenariat avec le Québec, qui vise le partage des meilleures pratiques en matière de francophonie, entrera en vigueur dans les prochains jours.

L’association des taxis de la Saskatchewan inquiète

Lors du discours du Trône, le gouvernement a aussi fait part de son intention de permettre aux entreprises comme Uber d'exercer leurs activités en Saskatchewan.

Une annonce qui est loin de plaire à l’association des taxis de la Saskatchewan qui craint un déséquilibre dans les normes imposées à ces nouvelles sociétés de transport.

Elle préconise plutôt le Flex-Service-Taxis, une solution qualifiée d’hybride, où des chauffeurs de taxi conduiraient des véhicules privés ce qui, selon l'association des taxis de la province, pourrait augmenter le nombre de taxis disponibles en toute sécurité, dans presque toutes les régions de la Saskatchewan.

L'association affirme que cette alternative protégerait en plus les emplois locaux, les investissements et les recettes fiscales.

Une session parlementaire historique, selon un politologue

Avant même la présentation du discours du Trône, l'analyste politique Stephen Kenny s'est prononcé sur ce qui sera, selon lui, une session parlementaire historique étant donné le départ imminent du premier ministre, Brad Wall, et l'élection prochaine des chefs des deux principaux partis de la province.

Dans l’histoire de la Saskatchewan, je ne me rappelle pas avoir vu un tel contexte.

Stephen Kenny, analyste politique

Selon M. Kenny, l’une des priorités du premier ministre sortant, Brad Wall, sera d’alléger le fardeau politique pour son successeur, tout en quittant son poste de dirigeant de la province avec un peu de dignité.

« Les candidats du Parti saskatchewanais sont sur la corde raide, affirme-t-il. Ils ne peuvent pas désavouer Brad Wall et ils ne peuvent pas non plus désavouer les actions de leur gouvernement. C’est moins difficile pour Ryan Meili et Trent Wotherspoon, les candidats du NPD, car ils n’ont pas à supporter le fardeau des 10 dernières années. »

L’analyste politique ne croit pas que l’élection de nouveaux chefs à la tête du Parti saskatchewanais et du NPD changera le ton au sein de l’Assemblée législative.

Selon lui, le NPD va « continuer de talonner le gouvernement notamment sur la Régie de la plaque tournante de transport mondial et sur l’utilisation des courriels personnels ».

Le premier ministre a indiqué qu’il comptait déposer une quarantaine de projets de loi lors de la session parlementaire d’automne, ce que Stephen Kenny a de la difficulté à croire.

On n’a jamais vu 40 projets de loi introduits à la session d’automne; alors prétendre pouvoir y arriver, c’est douteux.

Stephen Kenny, analyste politique

Saskatchewan

Politique provinciale