•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

22 stocks de poissons en état critique au Canada atlantique?

De nombreux poissons gisent sur le plancher d'un bateau

Oceana Canada estime que 26 stocks de poissons sont en état critique dans les eaux canadiennes (archives).

Photo : Reuters / Dylan Martinez

Radio-Canada

Le nombre de stocks de poissons en état critique dans les eaux canadiennes est plus grand que l'estime le ministère des Pêches et des Océans (MPO), selon l'organisme Oceana Canada qui vient de publier un rapport à ce sujet.

Un texte de Pierre Philippe LeBlanc

Oceana Canada se consacre à la protection et à la restauration des océans. L’organisme estime que seulement un tiers des stocks de poissons du pays sont en bon état, que 13 % des stocks sont en état critique, et qu’il est impossible de déterminer l’état de 36 % des stocks faute de données suffisantes.

L’équipe d’Oceana Canada s’est basée sur les mêmes sources que le MPO et elle conclut que 26 stocks de poissons sont en état critique alors que le ministère juge que c’est le cas de 19 stocks, affirme Robert Rangeley, directeur scientifique chez Oceana Canada.

Il est particulièrement préoccupant de constater que le Canada n’a de plans que pour rétablir trois des 26 stocks, ajoute Robert Rangeley. Il soutient que 22 stocks en état critique sont dans la région de l’Atlantique et qu’un seul d’entre eux fait l’objet d’un plan de rétablissement.

Le MPO aurait omis d'inclure dans sa liste des stocks en péril la plie canadienne, le sébaste et le merlu argenté, par exemple, indique Oceana Canada.

Oceana Canada dit se réjouir de la volonté du ministère de produire d’ici 2019 des plans de rétablissement pour cinq autres stocks. L’organisme recommande au gouvernement fédéral d’aller plus loin en incluant dans sa loi sur les pêches l’obligation de rétablir les stocks en péril.

19 stocks prioritaires pour le MPO

Le ministère des Pêches et des Océans affirme que la protection des écosystèmes océaniques du pays est une priorité pour lui, et qu’il étudie le rapport d’Oceana. Il prépare des plans de rétablissement pour plusieurs autres stocks de poissons.

« Pêches et Océans Canada a cerné 19 stocks prioritaires qui nécessitent un plan de rétablissement. Ces stocks ont été jugés prioritaires pour diverses raisons, notamment pour leur importance économique et écologique. À mesure que les plans de rétablissement de ces 19 stocks seront élaborés, le ministère étudiera quels autres stocks pourraient être ajoutés à la liste des stocks prioritaires », affirme Vance Chow, conseiller en communications au MPO.

Le ministère rappelle qu’un investissement récent de 197,1 millions de dollars dans les sciences des océans et des eaux douces lui permet d’améliorer sa capacité à prendre des décisions pour la gestion durable des pêches. Le ministère puise de ces fonds supplémentaires 24 millions de dollars chaque année pour ses activités scientifiques favorables à la santé des stocks de poissons. Il a ainsi pu embaucher plus de scientifiques, accroître sa capacité de recherche et de surveillance, et employer de nouvelles techniques d’évaluation des stocks.

Industrie des pêches

Environnement