•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigration : les provinces atlantiques font du surplace

Des immigrants lors d'une assermentation pour l'obtention de la citoyenneté canadienne.

La proportion des immigrants dans les provinces atlantiques reste stable, selon les données de Statistique Canada.

Photo : iStock

Radio-Canada

En Atlantique, les immigrants représentent 4,8 % de la population. C'est cinq fois moins que la proportion nationale, qui s'établit à 21,9 %, selon les plus récentes données de Statistique Canada.

Au Canada, plus d’une personne sur cinq est née à l’extérieur du pays. En Atlantique, c’est plutôt moins d’une personne sur 20. Cette proportion varie selon les quatre provinces de l’Atlantique, mais elles font tout de même toutes partie des cinq provinces et territoires avec le plus faible taux d’immigrants au Canada.

Terre-Neuve-et-Labrador affiche la plus faible proportion d’immigrants au sein de sa population (2,4 %). La province est suivie du Nunavut (2,6 %), du Nouveau-Brunswick (4,6 %), de la Nouvelle-Écosse (6,1 %) et de l’Île-du-Prince-Édouard (6,4 %).

 

L’Ontario est la province avec la plus forte proportion d’immigrants. Près du tiers de sa population, soit 29,1 %, est né à l’étranger.

Peu de changements en cinq ans

La proportion des immigrants dans les provinces de l’Atlantique n’a presque pas changé. Elle a un peu augmenté au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le taux d'immigrants au sein de la population a baissé en Nouvelle-Écosse : il est passé de 6,4 % en 2011 à 6,1 % en 2016.

 

Statistique Canada faisait état plus tôt cette année de la faible croissance des populations de la Nouvelle-Écosse, de l'Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le Nouveau-Brunswick a quant à lui connu une baisse de sa population de 0,5 % entre 2011 et 2016.

Statistique Canada associait alors cette tendance à la migration interprovinciale et à des taux d'immigration et de natalité plus faibles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Nouveaux arrivants