•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis récréatif : une filiale d'Alcool NB sera chargée de la vente au détail

Des plants de marijuana dans un centre de production

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick présente son modèle de vente pour la marijuana à des fins récréatives.

Photo : The Associated Press / Eric Engman

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau-Brunswick va confier la vente des produits de marijuana à des fins récréatives à une filiale de sa société des alcools lorsque le fédéral rendra cela légal, en juillet 2018.

La ministre des Finances Cathy Rogers l'a annoncé en conférence de presse à Fredericton mercredi matin.

La filiale sera responsable de la vente au détail de la marijuana à usage récréatif dans des magasins distincts de ceux d'Alcool NB. Les magasins seront soumis aux règles, aux modalités et aux conditions établies par la nouvelle société de la Couronne qui a le mandat de superviser et de mener et gérer la vente au détail de la marijuana à usage récréatif.

Il y aura environ 20 points de vente dans 15 communautés de la province, soit dans la région de Moncton, Fredericton, Oromocto, Saint-Jean, Bathurst, Edmundston, Sackville, Shediac, Miramichi, Sussex, St. Stephen, Richibucto, Tracadie, Perth-Andover ainsi que dans la région de Campbellton.

Les clients devront présenter des pièces d'identité à la porte. Il faudra être âgé d'au moins 19 ans pour entrer, et les produits seront sous verre, précise le PDG d'Alcool NB, Brian Harriman. Il s'agira de produits approuvés par le fédéral.

Le modèle de vente a été conçu en tenant compte des priorités suivantes, souligne la ministre Cathy Rogers :

  • les produits seront hors de portée des enfants et des jeunes
  • les profits échapperont au crime organisé
  • les produits seront sécuritaires et de bonne qualité

La société Alcool NB a lancé la semaine dernière un appel d’offres pour des locaux pouvant servir à ce commerce. Il y aura au maximum une vingtaine de commerces dans 15 collectivités de la province. Les locaux ne seront pas rattachés aux magasins d'Alcool NB, et ils seront situés à au moins 300 m des écoles et terrains de jeu.

Un service de vente en ligne sera aussi offert, mais il n'est pas encore déterminé comment on vérifiera l'âge des personnes qui feront des commandes. Dans le cas des commandes en ligne de marijuana thérapeutique, le livreur demande l'identité de la personne qui a commandé, et remet le paquet en mains propres.

La ministre Cathy Rogers donne une conférence de presse en compagnie du ministre Bourque et du PDG Harriman.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de la Santé, Benoît Bourque, la ministre des Finances, Cathy Rogers, et le PDG d'Alcool NB, Brian Harriman, ont présenté la future structure de vente de la marijuana récréative, mercredi, à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

La province a annoncé la création, en septembre, d’une société de la Couronne qui verra à la vente de marijuana à des fins récréatives. La ministre Rogers a précisé à ce moment que la nouvelle société de la Couronne ne fera pas la vente au détail, et qu’une autre entité serait chargée de cette activité.

Le Nouveau-Brunswick a déjà conclu des ententes avec les producteurs de marijuana Organigram et Canopy Growth, qui fourniront les produits.

Un groupe de travail qui a présenté son rapport en juin recommandait que la marijuana à usage récréatif soit vendue par l’entremise d’une société de la Couronne.

Réactions partagées

Selon l'opposition, le modèle proposé par les libéraux coûtera trop cher en location de locaux et en salaires. Le député progressiste-conservateur Ross Wetmore affirme que mettre en place un système de distribution privé serait une meilleure solution pour stimuler l’économie.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) se réjouit au contraire du choix d'un modèle public.

« Ça va être bon pour le Nouveau-Brunswick et ça va être bon pour les communautés, surtout les communautés rurales parce que ça va créer des emplois, de bons emplois », affirme Daniel Légère, président du SCFP au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement doit maintenant adopter les changements législatifs qui mèneront à la création de son modèle de distribution de marijuana.

Avec des renseignements de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !