•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’appui du gouvernement Gallant aux travailleurs n’est pas sincère, dit l’opposition

Brian Gallant en conférence de presse sur le discours du Trône

Brian Gallant en conférence de presse sur le discours du Trône

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Les chefs des partis d'opposition à Fredericton affirment que l'appui exprimé par le gouvernement Gallant aux syndicats dans le dossier de l'indemnisation des travailleurs n'est que de la poudre aux yeux.

Dans son discours du Trône, lu mardi à l’Assemblée législative, le gouvernement Gallant a donné son appui « aux représentants du mouvement syndical qui contestent la décision de réduire la caisse des accidents à un niveau qui pourrait ne pas être soutenable ».

Cette réduction avait permis à Travail sécuritaire de limiter les augmentations de cotisations que paient les entreprises. Elles font tout de même face à une augmentation de 15 % l’an prochain.

À deux reprises cette année pourtant, la province a demandé à Travail sécuritaire de prendre les moyens pour réduire les cotisations.

Ménager la chèvre et le chou

Selon le chef de l’opposition officielle en Chambre, le progressiste-conservateur Blaine Higgs, les libéraux tentent de « plaire à tout le monde ».

En ce qui me concerne, ce qu’ils essaient de faire, c’est de mettre un baume sur une situation qui s’est beaucoup dégradée depuis quelques années.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du N.-B.

La caisse des accidentés est décriée à la fois par les employeurs et par les travailleurs. Les employeurs estiment que leurs cotisations sont trop élevées et qu’elles nuisent à leur compétitivité, tandis que les travailleurs estiment que l’agence agit comme une compagnie d’assurance et tente de minimiser le plus possible les prestations versées.

Ils étaient d’ailleurs 200, mardi, sur le parterre de l’Assemblée législative, pour faire entendre leurs préoccupations.

Des travailleurs ont manifesté devant l'Assemblée législative pour réclamer des améliorations aux prestations de Travail sécuritaire NB.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des travailleurs ont manifesté devant l'Assemblée législative pour réclamer des améliorations aux prestations de Travail sécuritaire NB.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le syndicat canadien de la fonction publique réclame, entre autres, l'abolition des trois jours sans bénéfices imposés aux travailleurs accidentés avant le début des prestations.

Un juste équilibre

Le premier ministre Gallant a déclaré mardi que son gouvernement tente de trouver un juste milieu entre les deux positions. « Il n’y a pas de doute qu'il y a un équilibre qu'il faut essayer d'avoir et c'est justement ça que nous sommes en train de prôner comme gouvernement. »

Il a rappelé que, si les cotisations des employeurs ont augmenté, les PME ont bénéficié en contrepartie de réductions d'impôt.

Cette volonté de plaire aux uns et aux autres cache le fait, selon le député progressiste-conservateur Glen Savoie, que le gouvernement n’a pas de plan pour assurer la durabilité de la caisse des accidentés.

« Je crois que le gouvernement actuel n'a pas une solution actuelle pour l'avenir avec ce dossier. »

Le gouvernement Gallant attend les recommandations d'un comité de travail avant de réformer Travail sécuritaire NB.

Avec des informations de Michel Corriveau

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale