•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enquête sur la mort suspecte d’Annie Pootoogook à Ottawa serait inconcluante

Annie Pootoogook est en train de dessiner avec un crayon noir sur une feuille blanche.
Annie Pootoogook illustrait notamment des traditions inuites. Photo: Radio-Canada
CBC.ca

Après plus d’un an d’enquête, la police d’Ottawa n’arrive pas à déterminer la cause exacte de la mort de l’artiste inuite Annie Pootoogook, selon les informations obtenues par CBC.

Le corps de la femme de 47 ans avait été repêché le 19 septembre 2016 dans la rivière Rideau, près du parc Bordeleau. Une semaine plus tard, l’enquête était confiée à l’Unité des crimes majeure de la police d'Ottawa, la mort étant considérée comme suspecte.

Selon les sources de CBC, la police s’apprête à conclure son rapport et ne dispose pas de preuves suffisantes permettant de croire à un acte criminel.

Toutefois, le dossier n’est pas « fermé » et d’autres hypothèses seront envisagées si de nouveaux indices sont mis au jour, selon un officier supérieur de la police d’Ottawa.

Veldon Coburn, qui a adopté les enfants d’Annie Pootoogook, est resté en contact avec les autorités policières tout au long de l’enquête. Il se dit satisfait du travail effectué par les policiers.

« Les informations que j’ai reçues montrent que la cueillette d’indices n’a pas été fructueuse. L’environnement dans lequel Annie a été retrouvée [dans la rivière] a compliqué les choses pour déterminer la cause de sa mort », rapporte-t-il.

Selon lui, les enquêteurs ont envisagé toutes les hypothèses quant aux suspects potentiels, mais elles se sont aussi révélées infructueuses.

Native de Cape Dorset au Nunavut, Annie Pootoogook était une artiste de renommée internationale connue pour ses œuvres au crayon de couleur.

 

Ottawa-Gatineau

Autochtones