•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Secret complet sur le climat de travail à l'UPAC

Des enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC)

Des enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un rapport sur la gestion, le leadership et le climat de travail à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) demandé par le Parti québécois lors de l'étude du projet de loi 107, et sur lequel Radio-Canada a pu mettre la main, a été complètement caviardé.

Un texte de Nicolas Vigneault

« C'est une vraie honte », a lancé avec rage le député de Matane-Matapédia et porte-parole de l'opposition officielle en matière de Sécurité publique, Pascal Bérubé.

Rappelons que ce projet de loi vise notamment à faire en sorte que l'UPAC obtienne le statut de corps policier spécialisé en matière de corruption.

Pour une organisation qui [se] veut un corps de police, c'est drôlement mal parti et c'est une insulte aux parlementaires de l'Assemblée nationale de nous fournir un tel document.

Pascal Bérubé, porte-parole du PQ en matière de Sécurité publique
Le rapport sur la gestion, le leadership et le climat de travail à l'UPAC est complètement caviardé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le rapport sur la gestion, le leadership et le climat de travail à l'UPAC a été complètement caviardé.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Vigneault

Lors de sa demande la semaine dernière, au moment du passage en Commission parlementaire du commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, le PQ avait indiqué qu'il accepterait un document dans lequel les noms pourraient être caviardés, afin de protéger l'identité des personnes.

Toutefois, le document fourni aujourd'hui ne permet pas de lire une seule virgule sur l'analyse du climat de travail à l'UPAC.

« Je demande à l'UPAC de revoir sa décision, sans quoi M. Lafrenière peut oublier son projet de loi », a pesté le député Bérubé.

Politique provinciale

Politique