•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énoncé économique : nouvelles dépenses de 15 G$ sur cinq ans

Bill Morneau, entouré de ses collègues libéraux, à la Chambre des communes.

Le ministre des Finances Bill Morneau présente sa mise à jour économique, qui comporte pour 15 milliards de dollars de nouvelles dépenses.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement Trudeau dépensera le tiers de ses nouveaux revenus pour les familles, les travailleurs et les PME au cours des cinq prochaines années financières. L'énoncé économique du ministre des Finances, Bill Morneau, ne contient toutefois aucune annonce sur un éventuel retour à l'équilibre budgétaire.

« C'est clair qu'avec le bon niveau de croissance, on peut être responsable, mais en même temps on peut faire des choses pour améliorer la situation des familles canadiennes de la classe moyenne tout en ayant une bonne situation économique », a affirmé M. Morneau en point de presse, mardi.

L'économie canadienne se porte bien, mieux que ce que le gouvernement avait prévu lors du budget de 2017. Le ministre y voit là le signe que la stratégie des libéraux fonctionne.

« Non seulement notre plan fonctionne, il fonctionne encore mieux que prévu », a souligné M. Morneau dans son discours à la Chambre des communes.

Cette situation favorable engendrera des nouveaux revenus de 8,9 milliards de dollars en 2017-2018. En tout, le gouvernement prévoit recevoir 46,6 milliards de dollars supplémentaires jusqu'en 2021-2022. qui seront générés par la croissance économique.

Il utilisera le tiers de cette somme, soit 14,9 milliards de dollars, pour financer une série de mesures. La plus coûteuse est l'indexation de l'Allocation canadienne pour enfants qui sera réalisée dès juillet 2018, soit deux ans plus tôt que prévu. Cette dépense, qui peut représenter quelques centaines de dollars supplémentaires par famille annuellement, coûterait en tout 4,2 milliards de dollars jusqu'en 2021-2022.

Tableau illustrant la progression des montants pouvant être accordés en vertu du programme d'Allocation canadienne pour enfants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Progression des montants pouvant être accordés.

Photo : Radio-Canada

M. Morneau a estimé, lors de son allocution aux parlementaires, que ce programme avait grandement contribué à propulser l'économie canadienne.

« Maintenant que nous avons un peu plus le vent dans nos voiles, nous allons redoubler nos efforts et miser encore plus sur un plan qui a déjà fait ses preuves », a dit le ministre.

En investissant directement auprès des familles, nous avons un impact direct sur l'économie. Notre situation fiscale solide nous permet de faire ce que d'autres pays souhaitent faire sans y parvenir, car ils n'en ont pas les moyens.

Une citation de : Bill Morneau, dans son discours aux Communes

Le gouvernement ciblera également les travailleurs à faible revenu en bonifiant la Prestation fiscale pour le revenu de travail de 500 millions de dollars annuellement dès 2019, ce qui permettra d'augmenter le montant des prestations individuelles et le nombre de personnes qui en bénéficieront.

Ce programme vient en aide aux Canadiens démunis qui ont un emploi et incite ceux qui n'en ont pas à réintégrer le marché du travail. Le coût de cette nouvelle mesure serait de 1,6 milliard de dollars jusqu'en 2021-2022, selon les prévisions actuelles.

La baisse d'impôt pour les petites entreprises déjà annoncée la semaine dernière coûtera quant à elle 1,7 milliard de dollars, de son entrée en vigueur le 1er janvier 2018 jusqu'à l'année financière 2021-2022.

Bill Morneau et Justin Trudeau se serrent la main à la Chambre des communes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre Bill Morneau serre la main du premier ministre Justin Trudeau au moment de présenter sa mise à jour économique.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Malgré ces mesures dispendieuses, le gouvernement dispose d'une marge de manoeuvre qui lui permettra de réduire le déficit chaque année.

Celui-ci, qui s'élevait à 25,5 milliards de dollars selon les prévisions du budget de 2017, sera finalement de 19,9 milliards de dollars, selon les estimations contenues dans l'énoncé économique. Le déficit diminuerait ainsi annuellement jusqu'à atteindre 13,9 milliards de dollars en 2021-2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !