•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le crucifix de l’Assemblée nationale restera à sa place

Un crucifix sur un mur
Le crucifix que l'on voit dans le Salon bleu de l'Assemblée nationale a été installé par Maurice Duplessis en 1936. Photo: ICI Radio-Canada/Bernard Huard
Radio-Canada

Il n'y aura pas de débat à l'Assemblée nationale sur le retrait du crucifix du Salon bleu. La motion de Québec solidaire (QS) à cet effet n'a pas reçu l'appui de tous les partis de l'opposition à Québec. Le crucifix est donc là pour de bon.

La Coalition avenir Québec (CAQ) s’oppose à ce que la motion sur le crucifix soit débattue. Et le Parti libéral a décidé de ne pas appuyer la motion de Québec solidaire.

L’unanimité était nécessaire afin que le bureau de l’Assemblée nationale puisse discuter de la question.

Mardi après-midi, lors d’une mêlée de presse, la présidente du caucus du PLQ, Filomena Rotiroti, a annoncé que son parti veut que le crucifix reste au Salon bleu.

« On vient de sortir de notre caucus, explique-t-elle […] On ne donnera pas notre consentement à la motion qui est déposée par Québec solidaire. La décision a été prise par l’ensemble [des membres] du caucus. »

Nous, on est ouverts et inclusifs et on ne pense pas qu’on doit effacer le patrimoine historique du Québec.

Filomena Rotiroti, présidente du caucus du PLQ

« Les membres du caucus se sont exprimés. Ils ont passé la fin de semaine dans leur comté. Donc, c’est sûrement un sujet qui a été abordé avec leurs citoyens », a dit Mme Rotiroti.

Pour Québec solidaire, le retrait du crucifix était une façon pour le gouvernement d’être cohérent.

Gabriel Nadeau-Dubois expliquait lundi que ça devenait « un peu contradictoire pour les députés de l’Assemblée nationale, de réitérer leur appui à la laïcité, de réitérer leur appui à la neutralité religieuse, leur appui au principe de séparation entre l’Église et l’État, tout en continuant à débattre sous un immense crucifix ».

Une « partie de l'histoire du Québec », selon des députés

Le crucifix de l'Assemblée nationale, installé par Maurice Duplessis en 1936, est perçu par plusieurs comme un symbole du patrimoine culturel du Québec.

Plusieurs députés se sont portés, mardi, à la défense du symbole religieux.

Le député de Dubuc, Serge Simard, s'est posé en fougueux défenseur du crucifix.

« Il fait partie de l'histoire du Salon bleu. Cela fait partie de l'histoire du Québec », selon lui.

On ne démolira pas les statues. On ne démolira pas les artefacts. On ne démolira pas l'histoire du Québec.

Serge Simard, député de Dubuc

Son collègue de Montmorency, Raymond Bernier, a renchéri : « C'est historique. Moi, j'y tiens. »

Le député de Laval-des-Rapides, Saul Polo, a répondu à la question sur la pertinence de déplacer le crucifix en réaffirmant sa foi. « Je suis catholique pratiquant », a-t-il dit.

Quant au ministre de l'Agriculture, Laurent Lessard, il a jugé lui aussi que le crucifix de l’Assemblée nationale faisait « partie de notre histoire ».

« Une démonstration publique d’incohérence » - Gabriel Nadeau-Dubois

La semaine dernière, la motion de Québec solidaire avait recueilli l'appui de l'opposition péquiste, des députés indépendants et de la CAQ. Les libéraux avaient reporté leur décision, disant qu'ils devaient d'abord en discuter en caucus.

Mardi, la CAQ a changé son fusil d'épaule et n'a pas appuyé la motion. Le chef François Legault a réaffirmé la position de son parti, à savoir que le crucifix devait rester en place. Il n'y avait donc plus de place pour la discussion ou pour envisager un autre scénario.

Le député solidaire de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, qui pilotait le dossier, s'est montré déçu et surpris en point de presse de constater que les groupes parlementaires ne voulaient même pas discuter du sort du crucifix.

« C'est une démonstration publique d'incohérence » affichée par le gouvernement, selon le député de Gouin, rappelant que le vaste débat sur la laïcité de l'État, la neutralité religieuse et les demandes d'accommodements raisonnables avait cours depuis une dizaine d'années au Québec.

Selon Gabriel Nadeau-Dubois, la position des libéraux fait la preuve que « la laïcité, ça ne vaut pas pour le Salon bleu, lieu par excellence de la démocratie québécoise ».

Québec solidaire proposait de considérer le crucifix comme un objet du patrimoine, placé dans un présentoir dans une salle du parlement, où il serait traité comme tel.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique