•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport actif à Sherbrooke : une pétition pour que les candidats prennent position

Traverse piétonnière
Une pétition demande aux candidats de Sherbrooke de prendre position sur l'enjeu du transport actif. Photo: Radio-Canada / Martin Thibault

« Élections municipales 2017 : faire du transport actif une priorité à Sherbrooke ». Voilà le nom de la pétition qu'a reçu chacun des candidats à la mairie de Sherbrooke. Plus de 1150 citoyens et organismes y ont apposé leurs signatures.

Un texte de Christine Bureau

« On ne voulait pas se prononcer pour des projets concrets, on voulait vraiment juste démontrer que pour les Sherbrookois, le transport actif c’est important », explique Laurence Mailhiot, une Sherbrookoise qui a lancé le projet avec Vincent Boisclair.

Le but de la pétition, qui comprend quatre revendications, est d’inciter les candidats en lice à faire connaître leur position sur cet enjeu.

Dans les programmes électoraux qu’on nous transmet, il n’y a pas de points concrets pour le transport actif.

Laurence Mailhot, porte-parole de la pétition
Laurence Mailhiot, porte-parole des signataires de la pétition « Élections municipales 2017 : Faire du transport actif une priorité à Sherbrooke ». Laurence Mailhiot, porte-parole des signataires de la pétition « Élections municipales 2017 : Faire du transport actif une priorité à Sherbrooke ». Photo : Radio-Canada

Plus de volonté politique

De l’ajout de stationnements de vélo sécuritaires à la mise en place de trottoirs et de pistes cyclables, les façons de favoriser le transport actif sont nombreuses, ont souligné les cosignataires de la pétition présents à la conférence de presse, lundi.

Le porte-parole du Collectif pour un urbanisme durable, Arnaud Messier-Maynard, note également l’importance d'infrastructures de qualité, sécuritaires et directes.

Arnaud Messier-Maynard, du Collectif d'urbanisme durableArnaud Messier-Maynard, du Collectif d'urbanisme durable Photo : Radio-Canada

« Nécessairement, quelqu’un qui est à pied ou à vélo, il ne voudra pas dépenser plus d’énergie. Il va vouloir aller directement à son milieu de travail ou là où il veut se rendre », plaide-t-il.

Selon lui, les élus et les fonctionnaires ont de l’« ouverture » devant ces idées. « Ça demande beaucoup d’efforts et de volonté. Je pense que notre pétition le démontre, il y a de l’appui des citoyens. Les gens veulent ce genre de changements-là. Seulement, il faut montrer la volonté qui est nécessaire », avance-t-il.

Il y a des plans d'aménagement qui sont encourageants, mais on croit qu'il pourrait y avoir plus d'audace, une plus grande volonté politique.

Laurence Mailhot, porte-parole de la pétition

Parmi ceux qui ont cosigné la pétition se trouve également la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke, la coopérative La Déraille, le Conseil régional de l’Environnement de l’Estrie et la Direction de la santé publique, entre autres.

Estrie

Cyclisme