•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transformer le pont Ambassador en parc

Vue d'un pont du ciel

Le pont Ambassador relie Windsor et Détroit depuis près de 90 ans.

Photo : Getty Images / Leon Halip

Radio-Canada

En approuvant la construction d'un pont de remplacement au pont Ambassador, qui relie Windsor à Détroit, le gouvernement canadien exige que l'ancienne structure soit démolie. Un groupe de résidents de Windsor aimerait que le pont de 87 ans soit transformé en parc comme la High Line à New York ou la Coulée verte René-Dumont à Paris.

Un texte de Colin Côté-Paulette et Marine Lefèvre

« Notre groupe a réalisé que le pont est un héritage important des deux côtés de la frontière », explique la présidente de l’Architectural Conservancy de l’Ontario à Windsor-Essex, Tammy Dewhirst.

Son groupe aimerait que des installations d'art public, de petits casse-croûtes et des services douaniers soient disponibles sur le pont, selon un horaire précis.

« Ce serait un peu comme la High Line à New York », précise la présidente.

D'après Mme Dewhirst, cette option serait moins coûteuse que la démolition de l'actuel pont, sans compter le fait que la structure est également sur une liste patrimoniale américaine.

Nous travaillons sur une proposition pour présenter à la compagnie qui possède le pont et aux gens qui pourraient influencer le projet.

Tammy Dewhirst, présidente de l'Architechtural Conservancy de l'Ontario-Windsor-Essex

Elle ajoute que jusqu'à présent les réactions dans la communauté sont positives par rapport au projet.

La High Line à ManhattanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La High Line à Manhattan

Photo : Radio-Canada/Marie-Joëlle Parent

Bon pour le tourisme

« Ça pourrait peut-être devenir le symbole touristique de la région, aussi bien du côté de Détroit que de Windsor », estime le professeur d’urbanisme à l’Université de Waterloo, Pierre Fillion.

Il souligne aussi que la structure est bien plus grande et l'horizon qu'elle couvre plus vaste que la High Line, ce qui augmenterait le potentiel de l'idée.

« C’est une idée intéressante, parce que ce sont des infrastructures qui existent déjà. La High Line était à l’intérieur d’un quartier qui, économiquement, a été stimulé à partir de la rénovation du chemin de fer. On a même vu la valeur foncière des propriétés autour augmenter », note l'associé principal au cabinet d’Urban Stratégies à Toronto, Éric Turcotte.

La patinoire en cours de création sous l'autoroute GardinerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La patinoire du Bentway en construction à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Grant Linton

L'envers de la médaille

Les coûts d'entretien de la structure vieillissante pourraient tout de même mettre du plomb dans l'aile du projet, selon M. Fillion.

« Il faut aussi que le propriétaire du pont soit d’accord avec cette formule-là. Le fait qu’on est rendu dans un autre pays à la moitié du pont, ça complique aussi les choses. En même temps ça pourrait être l’attrait principal », indique-t-il.

C’est une idée qui est hors de l’ordinaire, c’est dans une grande mesure ce qui la rend intéressante, mais on se demande si ça vaut vraiment la peine compte tenu des coûts élevés que ça risque de coûter.

Pierre Fillion, professeur d'urbanisme à l'Université de Waterloo

Pour le moment, le nombre de touristes qui visitent la région de Windsor-Détroit est aussi moins important que celui de New York ou Paris.

Sans oublier que le pont est une propriété privée et internationale, ce qui pourrait compliquer les choses.

Vue en hauteur d'un jardin dans une ville.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La coulée René-Dumont s'étend de la Place de la Bastille à la porte Doré à Paris

Photo : Facebook/James Tominaka

Plusieurs projets semblables dans le monde

  • La coulée verte René-Dumont, Paris

À Paris, la grande promenade plantée dans l’est de Paris à partir de l’Opéra Bastille. Inaugurée en 1993 à la place d’une ancienne ligne de Vincennes, elle mêle végétations sauvages et aménagements paysagers sur un parcours de 4,5 km. Suspendue à plusieurs endroits, elle passe notamment sur le viaduc des Arts qui surplombe l’avenue Daumesnil, une artère routière de la capitale française C’est le rendez-vous de nombreux Parisiens. D’autres projets du même genre ont vu le jour à Paris ou dans la proche banlieue parisienne, ce qui a permis de conserver d’anciennes infrastructures.

  • La High Line, New York

Inspirée de la promenade plantée de Paris, la High Line a vu le jour à partir de 2006 dans l’ouest de l’île de Manhattan. Ce parc suspendu et linéaire de 2,3 km a été aménagé sur les anciennes voies de chemin de fer aériennes West Side Line de la rue Gansevoort dans le Meatpacking district jusqu’à la 34e rue dans Chelsea. Elle a permis de revitaliser l’ancien quartier des abattoirs en stimulant le développement immobilier. Les concepteurs de la High Line ont lancé un vaste réseau qui recense les différents projets de réhabilitation d’anciennes infrastructures en Amérique du Nord.

Un piste cyclable et piétonnière est entouré de zones boiséesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chemin Dequindre Cut à Détroit est un sentier pitétonnier qui permet de découvrir plusieurs oeuvres d'art urbain et des graffitis.

Photo : PRAVIN SITARAMAN

  • Le Dequindre Cut, Détroit

Ouvert en 2016, le Dequindre Cut Greenway est un sentier urbain qui relie le East Riverfront au Eastern Market à l’est du centre-ville de Détroit. À l’instar des précédents projets cités, le chemin a été aménagé sur un ancien tronçon de voie ferrée. Il traverse des espaces bien connus pour leurs graffitis et ses oeuvres d’art urbain.

  • The Bentway, Toronto

Les terrains vagues actuellement peu invitants sous l'autoroute Gardiner, à l'ouest du centre-ville de Toronto, accueilleront bientôt des concerts, une piste cyclable et une patinoire. Le Bentway doit s’étendre sur une bande de 1,75 km de terrain inutilisée, allant du terrain de l’Exposition nationale canadienne à la rue Bathurst. Elle sera transformée en espace vert. Le projet, entièrement financé par des fonds privés, a débuté en 2015.

Avec les informations de Carolle-Anne Tremblay-Levasseur.

Windsor

Société