•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Acheter un condo et se retrouver avec un stationnement trop étroit

Des propriétaires de condos estiment que leur promoteur immobilier leur a vendu des stationnements intérieurs trop étroits. D'autres qui ont fait affaire avec le même promoteur héritent de stationnements extérieurs non conformes.

Un texte d'Yvan Lamontagne, à La facture

En 2015, Marie Gdalevitch achète sur plan un condominium dans le quartier montréalais la Petite-Italie. Cela comprend l’acquisition d’un stationnement intérieur qui lui coûte 52 000 $, taxes incluses. À ce prix, elle s’attendait à ce qu’on lui fournisse un espace fonctionnel, mais dès son emménagement dans son condo, elle réalise que c’est loin d’être le cas.

Ma conjointe refuse de l’utiliser parce que ça lui fait peur.

Marie Gdalevitch

Elle a bien voulu nous montrer toute la difficulté qu’elle éprouve quotidiennement pour se stationner. Mme Gdalevitch doit avancer et reculer à plusieurs reprises avant d’atteindre finalement son stationnement. Et elle dit qu’elle a du mal à sortir de son véhicule ou à ouvrir complètement les portes arrière pour manipuler un siège pour bébé.

Des places étroites dans un stationnement souterrainLe stationnement utilisé par Marie Gdalevitch, à droite Photo : Radio-Canada

Nous avons demandé à Juan Pablo Mo, professeur de conduite automobile, de garer sa Honda Civic dans le stationnement de Marie Gdalevitch.

La place est trop petite. L’entrée est vraiment trop serrée. J’ai même endommagé ma voiture.

Juan Pablo Mo

Nous lui avons demandé également de descendre la pente d’accès au garage en reculant. Rien à faire. L’auto touche le sol, elle est coincée dans le haut de la pente et le moindre mouvement pourrait l’endommager.

Pourtant, le promoteur immobilier de ce projet, KnightsBridge, a fourni une vidéo afin d'aider les copropriétaires à se stationner. Mais pour Mme Gdalevitch, cela ne règle rien.

Cette entreprise a remporté plusieurs prix, dont celui de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) comme « Constructeur de l’année 2015 ». Les associés de KnightsBridge, dont Simon Boyer, ont accepté de nous faire connaître leur point de vue sur leur différend avec Marie Gdalevitch.

Charles-Antoine Gosselin et Simon BoyerLes promoteurs Charles-Antoine Gosselin et Simon Boyer Photo : Radio-Canada

Elle est insatisfaite, c’est son droit. On a essayé. On lui a proposé de racheter son stationnement au prix qu’elle l’avait payé. Malheureusement, il n’y a pas d’écho de ce côté-là.

Simon Boyer

Marie Gdalevitch nie que les promoteurs lui aient offert de racheter son stationnement.

Des stationnements qui ne respectent pas les règles

KnightsBridge a construit des condos dans un autre arrondissement, et là aussi, des copropriétaires, comme Maude-Laure Pilon et son copain, Sébastien Schonberg, connaissent des problèmes de stationnement.

On trouvait que nos stationnements étaient trop petits, trop étroits. On a donc demandé à un inspecteur de venir vérifier la conformité de nos stationnements.

Maude-Laure Pilon

Après l’inspection, l’arrondissement confirme que leurs stationnements ne sont pas conformes. La réglementation municipale prévoit qu’un stationnement doit avoir une longueur minimale de 5,5 mètres. Le leur ne mesure que 5,1 mètres. Et la voie d’accès aux stationnements, trop étroite, n’est pas conforme non plus. Pour régler ces problèmes, KnightsBridge propose d’empiéter sur la bande gazonnée et d’assumer les coûts des travaux.

On apprend aussi que le promoteur a vendu sept stationnements, alors que l’arrondissement n'en avait approuvé que six.

Des places étroitesLe stationnement extérieur utilisé par le couple Pilon-Schonberg Photo : Radio-Canada

Trop étroits, mais conformes

Marie Gdalevitch s’est demandé si les stationnements intérieurs de l'endroit où elle habite sont conformes. Nous avons contacté l’arrondissement, et le service d’urbanisme a bien voulu vérifier leurs dimensions. On nous confirme qu’ils respectent la réglementation municipale.

Mme Gdalevitch juge que son stationnement est si peu fonctionnel qu’elle est résignée à quitter l’endroit.

Marie GdalevitchMarie Gdalevitch, propriétaire d'un condo dans la Petite-Italie Photo : Radio-Canada

On avait l’intention de rester dans notre condo, mais quand la place de stationnement intérieur ne fonctionne pas, ça ne vaut plus rien.

Marie Gdalevitch

Le reportage d'Yvan Lamontagne et Stéphanie Allaire est diffusé le 24 octobre à La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Grand Montréal

Société