•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un parti politique municipal à Saint-Élie-de-Caxton

Un parti politique officiel est en place dans la course à la mairie en vue des élections du 5 novembre.

Un parti politique officiel est en place dans la course à la mairie en vue des élections du 5 novembre.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Roy

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les citoyens de Saint-Élie-de-Caxton ont droit a une campagne électorale différente. Une formation politique officielle est en place dans la course. Les partis politiques municipaux ne font pourtant pas partie des moeurs politiques en Mauricie

L'Équipe Action Saint-Élie propose six candidats aux électeurs de l'endroit. Un candidat au poste de maire, Sébastien Houle, ainsi que cinq candidats aux postes de conseillers.

Sébastien Houle souhaite offrir une démarche transparente et une vision d'ensemble aux citoyens.

« Les dossiers sont tellement nombreux (...), qu'il faut savoir s'entourer. Je ne pense pas qu'il y ait une personne qui ait toutes les compétences, pour vraiment gérer chaque dossier », dit le candidat.

« Les affinités, je pense que c'est naturel. Nous, ce qu'on a voulu faire, c'est être transparents. »

— Une citation de  Sébastien Houle, candidat à la mairie de Saint-Élie-de-Caxton

Son vis-à-vis Robert Gauthier avoue avoir sollicité certains candidats, mais croit tout de même qu'il valait mieux ne pas former d'équipe.

« Il y en a plusieurs [candidats] qui ont des affinités avec moi, mais je ne veux pas faire de recommandations précises, parce que nous, ici, à Saint-Élie, les gens votent, tous les électeurs votent pour tous les conseillers, dit-il. Il n'y a pas de districts électoraux comme dans les grandes villes »

Il croit que la population préfère les candidats indépendants.

« Au niveau municipal, je pense que ça [un parti politique] crée peut-être plus un malaise qu'autre chose. »

— Une citation de  Robert Gauthier, candidat à la mairie de Saint-Élie-de-Caxton

Dans les deux cas, les candidats à la mairie de St-Élie-de-Caxton croient qu'une fois les élections municipales passées, ils seront en mesure de bien travailler avec l'ensemble des conseillers élus, qu'ils viennent ou non d'une formation politique.

La réalité en Mauricie

Claude Villemure avait tenté d'implanter un parti politique à Shawinigan en 2009. Son expérience s'était soldée par un échec. Pourtant, il demeure convaincu que son approche était la bonne.

« C'est sûr que le parti politique, j'y crois encore, dit-il. Je ne dis pas que je le referais, mais moi, personnellement, j'y crois encore pour aller chercher les meilleures compétences possible ».

« Un parti politique se donne des règles, un cadre juridique », rappelle quant à lui Pierre Clouâtre qui a été président du défunt parti municipal Force 3R à Trois-Rivières.

Il pense que la population vieillissante en Mauricie est plus frileuse au changement incarné par un parti politique municipal.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !