•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une tournée pour pousser l’opposition à défendre la réforme du mode de scrutin

Les huit intervenants assis à une table, sur une scène.
De gauche à droite : Simon Jolin-Barrette, député de la Coalition avenir Québec; Sol Zanetti, chef d'Option nationale; Alex Tyrrell, chef du Parti vert du Québec; Mireille Tremblay et Jean-Pierre Kingsley, coprésidents de la tournée Chaque voix compte; Jean-Sébastien Dufresne, président du Mouvement démocratie nouvelle; Sylvain Pagé, député du Parti québécois; Amir Khadir, député de Québec solidaire. Photo: Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll
La Presse canadienne

Le Mouvement démocratie nouvelle (MDN) amorce samedi une série de forums citoyens pour inciter les partis de l'opposition à ajouter la réforme du mode de scrutin à leur liste de promesses électorales.

Le président du MDN Jean-Sébastien Dufresne explique que cette tournée vise à faire prendre une « position claire, ferme et la plus précise possible » aux formations québécoises en vue de la campagne électorale à venir.

La Grande Bibliothèque de Montréal accueillait le premier forum de la tournée, qui s’arrêtera également à Saguenay, Gatineau, Rimouski et Québec.

La consultation doit également s’ouvrir en ligne pour « voir s’il se dégage un certain consensus » au sein de la population, explique M. Dufresne, qui croit la population largement favorable à une réforme.

L’an dernier, le Parti québécois, Québec solidaire, la Coalition avenir Québec, Option nationale et le Parti vert du Québec se sont entendus pour défendre la mise en place d’un système proportionnel mixte, dit compensatoire, c’est-à-dire qui tiendrait compte du poids des régions.

M. Dufresne explique qu’un tel modèle permettrait de maintenir une certaine proximité avec les élus, actuellement assurée par le mode de scrutin uninominal à un tour.

Le défi, chaque fois qu’on souhaite mettre [la proportionnelle] en place, c’est que le parti au pouvoir bénéficie bien souvent du système actuel et ne souhaite pas le changer.

Jean-Sébastien Dufresne, président du Mouvement démocratie nouvelle

« Le modèle proportionnel mixte permet, selon l’expérience qu’on a vue à l’international, d’allier les avantages d’un système proportionnel et de notre système actuel : avoir des élus de circonscription tout en ayant la possibilité d’avoir une assemblée nationale qui reflète le plus possible les proportions d’appui à chacun des partis », a-t-il exposé en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Parmi les effets d’une finalité proportionnelle figure aussi une meilleure représentation des femmes et de l’ensemble de la diversité québécoise, a-t-il fait valoir.

Jean-Sébastien Dufresne reconnaît que l’idée d’une réforme est dans l’air depuis plusieurs décennies, mais il dit avoir « bon espoir » qu’elle se matérialisera sous peu.

« On croit que les Québécoises et Québécois sont rendus là. On est rendus au point où l’on comprend qu’on a besoin d’un système démocratique qui nous représente fidèlement », poursuit-il.

La tournée intitulée « Chaque voix compte » est coprésidée par l’ancien directeur général des élections du Canada Jean-Pierre Kingsley et la présidente de l’Observatoire québécois de la démocratie, Mireille Tremblay.

« On espère que les partis vont entendre ce que la population va dire lors de notre tournée, qu’ils vont prendre acte du rapport qui va être produit », a lancé M. Dufresne.

Politique provinciale

Politique