•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'unique course à la préfecture de la région est à Maria-Chapdelaine

Le Vieux Moulin de Sainte-Jeanne-d'Arc, qui se trouve à la rencontre de la rivière Petite Péribonka et la rivière Noire.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Quatre candidats s'affrontent à la préfecture de la MRC de Maria-Chapedeleine, la seule de la région où le préfet est élu au suffrage universel.

Les candidats auront un défi de taille pour l'élection du 5 novembre prochain : convaincre certains citoyens de se rendre aux urnes uniquement pour la préfecture. En effet, les maires ont été élus sans opposition dans presque toutes les petites municipalités de la MRC, tout comme plusieurs conseillers municipaux.

Dans la plupart des cas, les maires choisissent eux-mêmes leur préfet. Ce n’est que dans 16 municipalités au Québec que les préfets sont élus au suffrage universel.

Après 8 ans à la tête de la MRC de Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin doit défendre son siège, le préfet sortant Jean-Pierre Boivin place la construction d'un pont ferroviaire de 40 millions de dollars dans ses priorités pour le prochain mandat.

Le projet est déposé au gouvernement, on attend une réponse bientôt. La voie ferrée, le pont ferroviaire, on parle de 40 millions.

Jean-Pierre Boivin, préfet sortant

Son adversaire Pieter Wentholt se fait très sévère à l'égard du projet. « Les gars qui transportent par camion, ils vont les perdre leurs jobs si c'est le train qui le fait. Puis en plus, on va avoir mis des millions là-dedans. »

Pieter Wentholt se présente plutôt comme un défenseur des citoyens. Il voudrait forcer Québec, par exemple, à régler au plus vite le dossier de la protection du caribou forestier qui menace des emplois en forêt.

Je suis peut-être drastique, mais on bloquera une route pour faire comprendre au gouvernement qu'on en a assez.

Pieter Wentholt, candidat

Dans la plupart des cas, les maires choisissent eux-mêmes leur préfet. Ce n’est que dans 16 municipalités que les préfets sont élus au suffrage universel. Dans la région, seule la MRC Maria-Chapdelaine organise des élections pour choisir son préfet.

Projets de développement

Avec l'abolition des Centre locaux d'emploi et de la Conférence régionale des élus, la MRC de Maria Chapdelaine dispose maintenant d'un budget de 2,3 millions de dollars pour offrir des prêts aux entreprises et pour financer des projets de développement.

« La gestion des projets se fait par un comité très indépendant, apolitique, qui regroupe des gens d'affaires du milieu », affirme le préfet sortant, Jean-Pierre Boivin.

De son côté, Luc Simard croit que c’est avec la création d’emploi qu’il sera possible de ramener les jeunes en région. Le cofondateur de la micro-brasserie Le Coureur des bois se présente comme le candidat de la jeunesse. Il voudrait créer un organisme comme Promotion Saguenay.

« Je veux un organisme indépendant, dépolitisé pour que les décisions d'investissement et de développement soient faites purement sur la valeur des projets. »

Le quatrième candidat à la préfecture, Marcel Gauthier, dénonce le fait que la MRC investisse 2,5 millions de dollars pour aménager et vendre 52 terrains résidentiels en bordure de la rivière Péribonka. Il veut se concentrer sur le mandat premier des MRC : offrir des services à la population.

« Il faut que tout l'ensemble de la population du territoire de la MRC puisse avoir le cellulaire en continu, des services cellulaires et puis Internet haute vitesse à la maison », précise Marcel Gauthier.

D'après le reportage de Gilles Munger

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale