•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Notley dénonce la loi sur la neutralité religieuse

Chargement de l’image

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a dénoncé vendredi la loi sur la neutralité religieuse adoptée cette semaine par le gouvernement du Québec.

Rachel Notley a affirmé que l'interdiction n'a aucun sens et présente des « signes d’islamophobie ». Selon elle, la loi ne respecte pas les valeurs de la Charte des droits et libertés. Elle a aussi ajouté que les Albertains sont fiers de la diversité canadienne.

« L'adoption de ce projet de loi est un triste moment pour le Canada. Je crois que c’est dommageable pour les femmes qui sont déjà marginalisées, ce qui est très regrettable », a lancé Rachel Notley. La première ministre a fait cette déclaration après avoir reçu un prix d'Equal Voice, une organisation qui veut augmenter le nombre de femmes élues au Canada.

« La seule façon logique de voir cela est en y décelant un élément d’islamophobie et ce n'est pas ce que nous sommes en tant que Canadiens », a ajouté Rachel Notley.

La loi adoptée mercredi interdit aux gens de fournir ou de recevoir des services publics avec un visage couvert. Ceux qui dénoncent la loi disent qu’elle s’attaque en particulier les femmes musulmanes. Celle-ci sera notamment en vigueur si une femme portant le voile intégral monte à bord d’un autobus.

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, dit au contraire que la loi est le reflet de la « démocratie en action » et reflète l’opinion publique au Québec. Il réagissait ainsi à la sortie d’une réunion des ministres de la Santé, à Edmonton.

Gaétan Barrette a déclaré que le projet de loi a été adopté avec une marge mince et que ceux qui ont voté contre trouvaient que la loi n’allait pas assez loin.

« Il fallait faire quelque chose en raison de la situation au Québec. C'est la réalité et nous pensons que nous avons fait la bonne chose », a dit Gaétan Barrette.

Avec les informations de Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !