•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

80 % des arénas de l'Alberta utilisent de l'ammoniac pour refroidir la glace

Melissa Byer et ses enfants dans un aréna

Melissa Byer ne savait pas que 80 % des arénas de l'Alberta utilisent de l'ammoniac pour refroidir la glace. Aujourd'hui, elle est inquiète pour la sécurité de ses enfants.

Photo : Julien Lecacheur

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Mardi, trois personnes ont trouvé la mort dans un aréna de hockey situé à Fernie, en Colombie-Britannique, à la suite d'une fuite d'ammoniac. Quatre jours plus tard, les opinions sur ce gaz présent dans la grande majorité des arénas en Alberta semblent partagées.

Un texte de Julien Lecacheur

Stuart Ray travaille dans les arénas et les systèmes de réfrigération depuis près de 40 ans. Quelques jours après l'incident de Fernie, le directeur de l'Alberta Association of Recreation Facility Personnel, chargé de la formation du personnel des installations de loisirs, est encore sous le choc.

« Je n'avais jamais rien vu de tel en 40 ans dans ce métier. »

— Une citation de  Stuart Ray, directeur, Alberta Association of Recreation Facility Personnel
Stuart Ray, sur la gauche, explique n'avoir jamais vu en plus de 40 ans dans le métier un accident comme celui de Fernie.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stuart Ray, sur la gauche, explique n'avoir jamais vu en plus de 40 ans dans le métier un accident comme celui de Fernie.

Photo : Julien Lecacheur

Selon Stuart Ray, sur les 344 arénas que compte l'Alberta, 275 se servent de ce gaz pour réfrigérer la glace. Malgré tout, celui qui attend avec impatience les résultats de l'enquête se montre rassurant.

M. Ray explique que ce gaz est répandu dans la province, car l'ammoniac est le produit le plus efficace pour évacuer la chaleur des arénas tout en permettant une excellente conservation de la patinoire. ­« L'ammoniac vous permet de réfrigérer une plus grande capacité d'eau et sur une plus longue période », ajoute-t-il. Et s'il ne se présente pas comme un défenseur du gaz, il assure que celui-ci est le plus courant dans l'Ouest canadien.

Mais depuis l'accident de Fernie, la question de la sécurité se pose.

Melissa Byer a deux jeunes enfants hockeyeurs. Chaque semaine, elle emmène ses fils à leur pratique de hockey. C'est avec stupéfaction qu'elle a pris connaissance de l'utilisation massive de l'ammoniac. Aujourd'hui, elle est inquiète pour ses enfants.

« C'est vraiment très inquiétant de savoir que les arénas utilisent de l'ammoniac. J'espère qu'ils utilisent toutes les précautions possibles pour éviter qu'un autre incident comme celui de Fernie ne se produise. »

— Une citation de  Melissa Byer, mère de famille

Stuart Ray explique que les salles de refroidissement utilisant ce gaz sont surveillées avec attention par le personnel des arénas toutes les deux heures. De plus, chaque aréna doit recevoir les certifications gouvernementales pour demeurer ouvert.

Il soulève néanmoins qu'aucune modification des systèmes de refroidissement ne devrait se faire d'ici la fin de l'enquête de Fernie. Selon lui, cette enquête pourrait durer des années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !