•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commission Viens : les femmes Cries veulent un droit de regard avant la publication du rapport

Gauche à droite : Linda Shecapio directrice Association des Femmes cries Eeyou Istchee, avec Irene Bearskin House (aînée) et Manon Richmond, coordonnatrice de l'Association
Gauche à droite : Linda Shecapio directrice Association des Femmes cries Eeyou Istchee, avec Irene Bearskin House (aînée) et Manon Richmond, coordonnatrice de l'Association Photo: Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

L'Association des femmes cries Eeyou Istchee veut un droit de regard sur le rapport de la Commission d'enquête Écoute, réconciliation et progrès, avant sa publication. La présidente, Linda Shecapio, en a fait la recommandation ce matin lors de son témoignage.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Plume à la main, et accompagnée d'une aînée de sa nation, la Présidente de l'Association des femmes cries Eeyou Istchee, Linda L. Shecapio a été ferme devant le commissaire Jacques Viens.

Nous nous assurerons d'être là de A à Z.

Linda Shecapio

Linda Shecapio souhaite que son association puisse consulter et commenter le rapport avant sa publication.

Elle croit aussi que la formation de focus group pourrait être une bonne formule, car trop de rapports ont été rédigés sur les Premières Nations et qui ne reflétaient pas leur volonté, selon elle.

Les Cris ont vécu de mauvaises expériences dans les services publics offerts dans les centres urbains, a-t-elle raconté.

La méfiance s'est installée et certains membres de la nation se privent de leurs pour éviter de vivre de telles expériences à nouveau.

C'est pourquoi trois autres recommandations ont été formulées.

Soit que les services publics devraient obligatoirement mettre en place un plan de sensibilisation, d'assurer un environnement culturellement sécurisant pour les premières nations, particulièrement au niveau de la langue, car pour les cris, le français est une troisième langue, et enfin, une décolonisation des structures québécoises. Mais du financement gouvernemental est octroyé à la hauteur de ce vœu.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones