•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sursis pour la résidence l’Entre-Deux de Trois-Rivières

La rencontre  pour décider de l'avenir de la résidence l'Entre-Deux a été particulièrement tendue.

La rencontre pour décider de l'avenir de la résidence l'Entre-Deux a été particulièrement tendue.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les personnes handicapées qui habitent la résidence l'Entre-Deux de Trois-Rivières n'auront pas à déménager en CHSLD. Les 24 résidents ont décidé de garder la résidence ouverte, vendredi après-midi, lors d'une rencontre tendue.

Avec un déficit accumulé de 125 000 $, l'organisation fait face à des problèmes financiers importants depuis quelques années.

« Moi, ce que me dit ce chiffre-là, c'est que l'entreprise est en déficit depuis le début. Pas juste cette année », lance Jean-Guy Therrien, comptable.

Des représentants du CIUSSS-MCQ ainsi que des membres du conseil d'administration de la résidence l'Entre-Deux, notamment, ont pris la parole lors d'une rencontre avec les résidents et leur famille.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des représentants du CIUSSS-MCQ ainsi que des membres du conseil d'administration de la résidence l'Entre-Deux, notamment, ont pris la parole lors d'une rencontre avec les résidents et leur famille.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Au terme d’une rencontre houleuse, les résidents ont finalement renoncé au vote et ont décidé à l'unanimité que la résidence demeurerait ouverte, au grand soulagement de plusieurs.

« C'est une sécurité pour nous qu'elle soit là, indique la mère d’une résidente. On ne vivra pas jusqu’à 200 ans. »

Pour garder la résidence ouverte, des solutions devront être trouvées pour éponger le déficit de 125 000 $.

« La priorité, dit Jocelyn Bouchard, un membre du conseil d’administration, c’est de finaliser le modèle de gouvernance, de remettre un CA actif au complet et de former des équipes de travail pour attaquer le volet financier et des ressources humaines, parce qu’on doit renégocier la convention collective en décembre. »

Le conseil d'administration admet que des problèmes de gestion sont à l'origine de cette situation.

Avec les informations de Marie-Pier Bouchard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !