•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur la route de l'impro

Illustration d'une improvisoire et de deux chandails de hockey.
La route de l'impro retrace l'état de l'improvision dans cinq villes de l'Est du Québec. Photo: Radio-Canada

Quarante ans après la présentation du premier match d'improvisation, des milliers de comédiens amateurs et professionnels se retrouvent encore un peu partout au Québec pour pratiquer la discipline inventée par Robert Gravel et Yvon Leduc. Prenez la route de l'improvisation en Gaspésie, au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord.

Un dossier de Xavier Lacroix

Camps de sélection et formations

Chaque année, les ligues d'improvisation des quatre coins du Québec ont besoin, en moyenne, d'une vingtaine de joueurs. Pour les choisir, des camps de sélection sont organisés en début de saison.

La ligue d'improvisation estviale de Rivière-du-Loup, la LIE, nous a ouvert ses portes lors du choix des joueurs.

L'improvisation au service d'une communauté

En 2016, la Ligue nationale d'improvisation (LNI) a réalisé près de 270 activités comme des représentations devant public ou des formations dans les écoles et dans les entreprises. En région, ce genre de collaboration entre la population, les jeunes et les ligues d'improvisation est aussi très fréquente et bénéfique.

La Ligue d'improvisation de Sept-Îles a donné un exemple de cette collaboration en présentant une partie d'improvisation au Salon du livre de la Côte-Nord.

La place des femmes en impro

La parité hommes-femmes a toujours été importante à la LNI, selon son directeur artistique François-Étienne Paré. Une parité qui est toutefois difficile à atteindre dans les ligues régionales où les femmes doivent faire leur place.

L'improvisatrice Sylvie Legault joue avec sa collègue Marie Michaud.Sylvie Legault et Marie Michaud Photo : LNI

Il y a des joueuses qui ont été marquantes comme Sylvie Legault [...] Sylvie a défriché et joué du coude pour que les filles aient une place aussi importante que les gars dans ce jeu-là.

François-Étienne Paré, comédien et directeur artistique, LNI

En Gaspésie, la SLIM de Matane a su relever le défi de l'équilibre entre le nombre de joueurs et de joueuses.

Une discipline québécoise devenue internationale

L'improvisation est aujourd'hui pratiquée en huit langues dans 30 pays. Chaque année, la LNI joue une douzaine de parties à l'étranger contre des équipes européennes. Ces échanges existent aussi dans les régions du Québec où les ligues accueillent des formations internationales.

Robert Gravel et une vingtaine d'autres joueurs de la LNI prennent la pause pour la photographie officielle d'un tournoi en Europe en 1983.Équipe de la LNI sélectionnée pour participer à un tournoi en Europe en 1983 Photo : LNI

Pour la Ligue d'improvisation de Rimouski, l'impro devient une façon de s'ouvrir à d'autres cultures tout en étant un outil d'intégration.

L'improvisation en constante évolution

Depuis 40 ans, différentes formes de spectacles d'improvisation ont vu le jour. De nombreuses ligues d'impro du Québec ont innové en s'appropriant le jeu et en s'éloignant de sa forme plus « classique ».

Les Impropésiens de la Baie-des-Chaleurs en Gaspésie n'hésitent pas à aller au-delà de l'improvisation comparée ou mixte et à explorer de nouvelles façons de jouer.

Souligner 40 ans d'impro

Les initiatives pour célébrer le 40e anniversaire ne manquent pas. En 2018, la LNI s'arrêtera à Moncton, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans l'Est du Québec et dans Lanaudière pour offrir 12 représentations.

Le 18 décembre prochain, Radio-Canada proposera un spécial « 40 ans de la LNI ». D'ici là, Première PLUS propose une vingtaine d'improvisations livrées par des joueurs de la LNI.

Arts de la scène

Arts