•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Formule E : Projet Montréal abolirait la marge de crédit de Montréal, c’est électrique

Le pilote brésilien Lucas Di Grassi franchit la ligne d'arrivée dans le cadre du Grand Prix de formule E de Montréal, le 29 juillet 2017.

La course de formule E s'est déroulée à la fin juillet dans les rues du centre-ville de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le cadre financier de Projet Montréal prévoit notamment l'abolition de la marge de crédit de 10 millions de dollars offerte à Montréal, c'est électrique, l'organisme à but non lucratif (OBNL) mis sur pied pour l'organisation du championnat de formule E et pour faire la promotion de l'électrification des transports dans la métropole.

Interrogée à ce sujet lors d'un point de presse, vendredi matin, la chef du parti et candidate à la mairie de Montréal, Valérie Plante, a néanmoins affirmé qu'elle souhaitait attendre la publication du rapport de l'OBNL, après les élections, pour décider de l'avenir de celui-ci.

Mme Plante, qui voudrait soumettre les OBNL créés par la Ville à la loi sur l’accès à l’information, a rappelé qu'on ne savait pas encore si Montréal, c'est électrique avait utilisé la totalité de sa marge de crédit. Elle a également déploré une fois de plus que le nombre de billets vendus et de billets donnés pour assister à l'événement, l'été dernier, demeure secret.

Quant à Denis Coderre, il a clairement fait savoir cette semaine qu'il n'entendait pas répondre à ces questions d'ici le 5 novembre. « Je ne réponds plus à ça », a-t-il lancé, visiblement agacé par les nombreuses questions des journalistes.

Projet Montréal considère que l'ePrix de Montréal ne fait pas vraiment la promotion de l'électrification des transports et estime que la course de voitures électriques devrait se tenir sur le circuit Gilles-Villeneuve de l'île Notre-Dame.

« Denis Coderre a brandi l'idée selon laquelle il y aurait un rapport qui dit que c'est impossible [...] Mais où sont ces données-là? », a demandé Valérie Plante, vendredi.

En théorie, l'événement devrait se dérouler au centre-ville de Montréal en 2018. Montréal, c'est électrique s'est d'ailleurs vu attribuer une subvention supplémentaire de 1 million de dollars le mois dernier, ce qu'a dénoncé la Coalition avenir Québec à l'Assemblée nationale, jeudi.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

L'abolition de la marge de crédit de Montréal, c'est électrique est l'une des principales sources de nouveaux revenus prévus par Projet Montréal dans son cadre financier, dévoilé jeudi soir en même temps que la plateforme électorale du parti, quelques minutes avant le débat organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Le cadre financier entrevoit 35,4 millions de dollars de nouvelles dépenses pour autant de nouveaux revenus. Parmi ces nouvelles dépenses, le remboursement des droits de mutation immobilière ou « taxe de bienvenue » – une autre annonce faite jeudi soir – est évalué à 19,8 millions de dollars.

Cette promesse serait susceptible de toucher 5100 familles, selon Projet Montréal, qui s'engage plus précisément à abolir ces droits pour les familles avec un ou plusieurs enfants qui font l’acquisition d’une première propriété à Montréal. Le remboursement serait plafonné à 5000 $, « sans restriction liée au prix de la propriété », alors que le programme actuel se limite aux propriétés de 360 000 $ ou moins.

Taxation foncière

Quant à la plateforme électorale de Projet Montréal, elle reprend essentiellement des engagements déjà dévoilés. On y apprend néanmoins que Projet Montréal « s'engage à réaliser son programme sans hausser les taxes au-delà de l'inflation ainsi qu’à procéder à une révision de la fiscalité résidentielle et commerciale » – une promesse équivalente à celle de Denis Coderre.

Cette cible est bien loin de celle que s'était fixée le candidat à la mairie de Montréal, Jean Fortier, avant que celui-ci annonce son ralliement à Valérie Plante. M. Fortier disait vouloir baisser les taxes foncières de 10,5 % sur quatre ans.

Joint au téléphone, le chef par intérim de Coalition Montréal, Marvin Rotrand, a admis que sa formation avait échoué à s'entendre avec Projet Montréal sur une réduction des taxes foncières, précisant que son parti avait toutefois réussi à obtenir la promesse qu'un groupe de travail sur l'allégement du fardeau fiscal des Montréalais serait mis sur pied en cas de victoire de Valérie Plante.

Il a aussi souligné que la lutte se poursuivait dans les arrondissements où Coalition Montréal présente des candidats, que son parti était le seul à vouloir baisser les taxes et qu'il espérait bien détenir la balance du pouvoir le 5 novembre prochain.

L'Équipe Denis Coderre pour Montréal a dévoilé sa plateforme électorale le 2 octobre dernier. Elle n'a toutefois pas encore divulgué son cadre financier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !