•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSN presse le CISSS de la Côte-Nord d'embaucher plus d'employés

Valérie Dion, Verna Jean, Guillaume Tremblay et Robert Blais de la CSN sur la Côte-Nord.

Valérie Dion, Verna Jean, Guillaume Tremblay et Robert Blais de la CSN sur la Côte-Nord

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Radio-Canada

Le conseil central de la CSN dénonce « l'instabilité » et « l'improvisation » à la direction des ressources humaines du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord.

Un texte de Louis Garneau

Quatre directeurs se sont succédé aux ressources humaines du CISSS au cours des 30 derniers mois. Le président-directeur général, Marc Fortin, cumule maintenant les deux fonctions.

Sur le point de commencer les négociations portant sur les clauses locales de leur contrat de travail, les employés réclament de l'aide pour continuer à offrir des services de qualité.

La présidente du syndicat qui regroupe le personnel de bureau dénonce les surcharges que la pénurie de main-d'oeuvre entraîne.

Formation de futurs préposés aux bénéficiaires.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Formation de futurs préposés aux bénéficiaires

Photo : Radio-Canada

Les gens quittent [leur emploi] pour autre chose. [...] Alors on ferme un peu, on réorganise, on envoie ailleurs.

Verna Jean, présidente du Syndicat du personnel de bureau, des technicien(ne)s et professionnel(le)s de l'administration de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord

Le président du syndicat des employés de soutien, Robert Blais, abonde dans le même sens : « Il y a beaucoup de correctifs à apporter et on espère que l'employeur va les apporter. Parce que s'il reste de même avec sa colonne de chiffres, c'est sûr, ça va péter. »

Le nombre de postes non pourvus au CISSS oscillerait entre 200 et 300, selon le bureau local de la CSN, qui représente 1300 employés dans le secteur de la santé et des services sociaux.

Séance de mai 2017 du conseil d'administration du CISSS de la Côte-Nord au Cégep de Sept-Îles et par visioconférenceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Séance de mai 2017 du Conseil d'administration du CISSS de la Côte-Nord au Cégep de Sept-Îles et par visioconférence.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le conseil régional de la centrale presse la direction du CISSS de sensibiliser le ministre Gaétan Barrette à la situation précaire des effectifs.

Toute cette charge-là de travail supplémentaire, c'est les travailleuses et les travailleurs qui sont en train de l'absorber, là. Ça fait deux ans qu'on leur pousse ça sur le dos, ça devient de plus en plus dur.

Guillaume Tremblay, président, conseil central de la Côte-Nord (CSN)

Le syndicat se dit prêt à rencontrer rapidement un interlocuteur valable afin d'aborder divers dossiers de santé et de sécurité au travail.

Réaction du CISSS

À la suite de la sortie de la CSN, le CISSS de la Côte-Nord souligne que la direction des ressources humaines doit affronter plusieurs défis. La porte-parole du CISSS de la Côte-Nord, Sandra Morin, affirme que la directrice sortante, Vicky Lapierre, a quitté son poste de son plein gré. Selon la porte-parole, la direction des ressources humaines a un mandat particulièrement chargé dans le contexte actuel.

C'est une grosse réforme que l'on vit, c'est une grosse réorganisation. Il y a des CISSS et CIUSSS ailleurs au Québec qui ont eu sept, huit, neuf directeurs de ressources humaines depuis deux ans.

Sandra Morin, porte-parole du CISSS de la Côte-Nord

Sandra Morin ajoute que les membres du syndicat compliqueraient le recrutement de personnel : « Avec le style de communication que la CSN fait [...]. Ils ne nous aident pas beaucoup pour le recrutement », a-t-elle dénoncé.

Le président du conseil central de la Côte-Nord (CSN), Guillaume Tremblay, soutient que la CSN est toujours prête à discuter avec le CISSS pour trouver des solutions aux problèmes de recrutement : « Je pense qu’on est toujours prêt à trouver des solutions avec eux pour être capable de recruter du personnel parce que le fait qu’il y ait moins de personnel, ça crée une charge supplémentaire pour nos travailleuses et nos travailleurs. Donc on est toujours prêt à s’asseoir avec eux ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Santé