•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des femmes disent avoir été agressées par l'éditeur Michel Brûlé

L'éditeur et politicien Michel Brûlé, en entrevue à RDI vendredi matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux femmes ont dit à Radio-Canada avoir été victimes de gestes déplacés à caractère sexuel de la part de l'éditeur et candidat à la mairie du Plateau-Mont-Royal Michel Brûlé. Celui-ci nie tout et dénonce une « conspiration ».

Lors de son témoignage, la première victime présumée, Sara-Emmanuelle Duchesne, a soutenu que l'éditeur avait tenté de l'embrasser, il y a une dizaine d'années, alors qu'ils se trouvaient dans le vestibule des bureaux en verre de M. Brûlé.

« Je bougeais la tête de chaque côté, je disais "Non, non, non, qu'est-ce que tu fais, arrête!", et lui, il riait, il riait. »

« J'avais un sentiment de détachement pendant que je vivais cela... Ça s'est déroulé très rapidement et je me disais que ça ne pouvait pas se passer, nous étions en plein jour, il y avait des employés près de nous », a poursuivi cette femme qui travaillait à l'époque comme réviseure pour M. Brûlé.

Il continuait à rire... Pour lui, il ne se passait rien.

Sara Emmanuelle Duchesne

Mme Duchesne a précisé que le geste « sortait complètement de nulle part ».

« C'était totalement non voulu. Je l'ai entendu [vendredi] matin dire qu'il travaillait dans un climat de "liberté"... Soyons sérieux! Ce n'est pas ça de la liberté. Il a été plus qu'intrusif; c'était une agression légère, on s'entend, mais je me suis sentie envahie dans mon espace. J'ai eu peur; quand j'ai réussi à le pousser [...], je me sentais très très mal. »

Mme Duchesne dit avoir recroisé M. Brûlé par la suite, mais principalement lors de lancements de livres, où elle s'en « tenait loin ».

Fallait-il porter plainte, alors?

« Sur le coup, ça ne m'a pas traversé l'esprit. On s'entend qu'une femme qui est violée avec pénétration, souvent la Couronne va dire qu'il n'y a pas assez de preuves pour porter des accusations. Alors, imaginez un baiser forcé qui n'a pas eu lieu finalement, pensez-vous qu'on m'aurait prise au sérieux? Jamais de la vie! Et donc non, je n'ai pas porté plainte et je ne compte pas le faire pour l'instant. »

Elle a toutefois décidé de révéler son identité.

Je me suis dit : "Non, ça ne se passera pas comme ça pour Michel Brûlé. Il y aura au moins une personne qui donnera son nom, et ce sera moi". [...] J'ai aussi cette liberté d'agir que d'autres n'ont peut-être pas.

Sara Emmanuelle Duchesne

« Je peux comprendre que M. Brûlé se demande s'il s'agit d'un coup monté, mais je peux vous affirmer aujourd'hui que je témoigne en mon nom », conclut-elle.

Une conspiration, dit Michel Brûlé

Interrogé vendredi matin, M. Brûlé dit être victime d'un « coup monté » destiné à « détruire [sa] carrière politique » ou de gens qui cherchent à « régler des comptes ».

Si je n’avais pas été candidat à la mairie du Plateau-Mont-Royal, est-ce que cette histoire-là aurait fait surface? […] Moi j’ai l’impression d’avoir été victime d’une machination.

Michel Brûlé

Il s'en prend d'ailleurs à Mme Duchesne : « Elle dit que j’ai essayé de l’embrasser. Ce n’est pas impossible, dit-il. Mais je n’ai jamais été un agresseur. Je n’ai jamais essayé d’embrasser personne de force. Elle, ce qu’elle dit, c’est un mensonge. »

« Et ma question c'est : est-ce qu’elle est membre du parti Projet Montréal? »

Mme Duchesne affirme qu'elle ne travaille ni ne milite pour aucun parti politique.

« On est dans une chasse aux sorcières. On est dans une situation d’hystérie collective. On me reproche des cas d’inconduite sexuelle, mais l’inconduite sexuelle, ça passe par l’agression, l’intimidation, ça n’a jamais été mon cas », poursuit M. Brûlé.

« On se base sur des allégations pour détruire une réputation et une carrière politique aussi par le fait même. Moi, je trouve ça complètement disproportionné. C'est des faits qui sont complètement déformés et montés en épingle. Je suis abasourdi », affirme-t-il.

M. Brûlé admet tout juste qu'il a pu essayer d'embrasser des femmes sans avoir obtenu leur consentement au préalable.

L'auteure Jill Côté soutient que Michel Brûlé lui a fait subir des attouchements sexuels non désirés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteure Jill Côté soutient que Michel Brûlé lui a fait subir des attouchements sexuels non désirés.

Photo : Radio-Canada

Une autre victime présumée se manifeste

Sara-Emmanuelle Duchesne n'est pas la seule femme à dénoncer de possibles agressions de la part de Michel Brûlé.

L'auteure Jill Côté affirme ainsi que l'éditeur, lors d'un repas supposément destiné à discuter de la publication d'un livre en 2014, a effectué une série d'attouchements non désirés.

« Il a commencé à essayer de m'embrasser, il mettait sa main sur mes seins, sur mon pubis, il me caressait partout... J'ai réussi à me dégager par le côté, j'ai pris l'escalier [et j'ai voulu sortir], mais c'était l'hiver, et il ne voulait pas me donner mon manteau, il se trouvait entre la porte et moi », a-t-elle dit à Radio-Canada.

« On dirait des fabulations; moi, je n'ai jamais agressé personne. Je réfute complètement ces allégations », a rétorqué M. Brûlé lors d'un entretien téléphonique.

L'éditeur a par ailleurs assuré que la rencontre avec l'écrivaine avait eu lieu en après-midi, contrairement aux affirmations de Mme Côté, qui parlait d'un souper débutant à 18 h 30. Vérification faite, la rencontre a bel et bien débuté vers 18 h 30.

Mme Côté a porté plainte à la police.

Le Journal de Montréal dit avoir recueilli les témoignages de sept ex-employées qui affirment avoir été victimes d’attouchements, de baisers forcés, d’exhibitionnisme ou de commentaires déplacés sur leur corps. Michel Brûlé a également nié l'essentiel de ces allégations.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Société