•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dictionnaire sonore en ligne pour préserver la langue micmaque

Diane Mitchell parle à un groupe de personnes assises à une table
Diane Mitchell, qui enseigne la langue micmaque dans la Première Nation de Listuguj, au Québec, est l’une des personnes à l'origine du dictionnaire en ligne. Photo: migmaq.org
CBC

Un dictionnaire en ligne permet aux utilisateurs d'entendre la prononciation d'environ 4000 mots de la langue micmaque et, dans certains cas, même les variantes régionales.

Le dictionnaire Mi'gmaq-Mi'kmaq Online est le fruit du travail de plusieurs personnes oeuvrant indépendamment pour préserver cette langue.

Diane Mitchell, de la Première Nation de Listuguj, au Québec, est l’une de ces personnes. Enseignante de la langue micmaque, elle a commencé à s’intéresser à la création d’un outil d’apprentissage quand sa fille était bébé. Elle avait constaté que l’enfant n’entendait pas sa langue ancestrale en tout temps comme cela avait été le cas pour elle en grandissant.

Mme Mitchell explique qu’elle voulait créer une petite base de données sonore pour sa fille, et qu’avec le temps l’outil est devenu un dictionnaire en ligne.

Des années de travail

Plusieurs personnes ont travaillé sur le projet au fil des ans, dit-elle. Un missionnaire du Nouveau-Brunswick, Watson Williams, a notamment offert au groupe une importante base de données qu’il avait préparée pendant des années à l’aide de dictionnaires micmacs.

Il disait que son travail ne lui appartenait pas, qu’il appartenait plutôt au peuple micmac, souligne Mme Mitchell.

Le missionnaire avait tenu compte des variantes régionales de l’orthographe et de la prononciation chez diverses communautés micmaques, précise-t-elle.

Un mot à la fois

Les technologies de transmission sonore sur Internet ont beaucoup progressé durant les 20 dernières années. De nos jours, il suffit d’ajouter au dictionnaire les nouveaux mots au fur et à mesure qu’ils apparaissent.

Les mots sont enregistrés selon la prononciation de Listuguj. Diane Mitchell aimerait que le dictionnaire compte plus de prononciations régionales, notamment de la Nouvelle-Écosse. Certaines variantes sont très anciennes, dit-elle.

Elle croit que l’écart entre les variantes régionales s’élargit parce que les diverses communautés ont tendance à parler anglais lorsqu’elles communiquent entre elles. Elles n’entendent donc pas leurs variantes régionales du micmac.

D'après un reportage de Peggy MacDonald

 

Nouvelle-Écosse

Autochtones