•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pollution associée à 9 millions de morts par année

Les précisions de Frédéric Nicoloff
Radio-Canada

À l'échelle planétaire, la pollution tue plus que la malaria, le virus du sida et la tuberculose réunis, montre le rapport 2017 de la Commission du Lancet sur la pollution et la santé. Elle entraîne 9 millions de décès prématurés par année.

Un texte d'Alain Labelle

Le document signé par une cinquantaine de scientifiques, dont le Pr Niladri Basu de l’Université McGill, montre que la grande majorité des décès liés à la pollution (soit 92 %) survient dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. En fait, la pollution frappe de façon disproportionnée les pauvres et les groupes vulnérables.

L’environnement est à l’origine d’une grande souffrance et de nombreuses maladies dans le monde, mais peu de gens en sont conscients.

Le Pr Niladri Basu, de l'Université McGill

Dans certains pays qui connaissent actuellement une industrialisation rapide, comme l’Inde, la Chine, le Pakistan et le Bangladesh, la proportion de décès imputables à la pollution est même de un sur quatre.

D’une pollution à l’autre

C’est la pollution de l’air qui est associée au plus grand nombre de décès annuellement, soit 6,5 millions. Elle est suivie par la pollution de l’eau (1,8 million de décès) et par la pollution en milieu de travail (0,8 million de décès).

Un jeune tente de récupérer du plastique sur la côte de la ville de Manille. Il a de l'eau jusqu'à la taille et il est entouré d'une tonne de déchets qui flottent sur l'eau.La pollution de l’eau cause environ 1,8 million de décès par année. Photo : Reuters / Cheryl Ravelo-Gagalac

Des maladies associées

Le rapport note que les décès sont causés par des maladies non transmissibles provoquées par la pollution, telles que :

  • les maladies cardiaques;
  • les accidents vasculaires cérébraux;
  • le cancer du poumon;
  • la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).
Des jeunes en Indonésie se rendent à pied à l'école malgré un smog épais. Des jeunes en Indonésie se rendent à pied à l'école malgré un smog épais. Photo : Reuters / Antara Foto/Wahdi Setiawan

Les enfants courent un risque élevé de souffrir de maladies liées à la pollution, puisque des expositions à des doses même extrêmement faibles de polluants pendant les périodes charnières (dans l’utérus de la mère et pendant la petite enfance) peuvent les rendre malades, handicapés, voire entraîner leur mort.

La pollution coûte cher

Les pertes de bien-être attribuables à la pollution sont évaluées à plus de 4 600 milliards de dollars américains par année, soit 6,2 % de la production économique mondiale.

Puisque de nombreux polluants chimiques n’ont toujours pas été identifiés, les auteurs estiment que ces chiffres ne rendent pas compte du véritable fardeau que représentent la maladie et les décès liés à la pollution.

La santé de la planète aussi menacée

La pollution frappe aussi les écosystèmes de la planète et elle est étroitement liée aux changements climatiques.

Par exemple, le fait de brûler des combustibles est responsable de 85 % de la pollution sous forme de poussière en suspension dans l’air et de presque toute la pollution causée par les oxydes de soufre et d’azote.

Le charbon est le combustible fossile le plus sale du monde et sa combustion est une cause importante à la fois de pollution et de changements climatiques.

Les auteurs du rapport
Un enfant de Delhi, en IndeUn enfant joue près d'un parc de Delhi, en Inde, un jour de novembre 2016 où la pollution atmosphérique a forcé la fermeture des écoles. Photo : Getty Images / Allison Joyce

Prendre des mesures antipollution

Les signataires de la Commission du Lancet espèrent que leur rapport sensibilisera la population mondiale face à la pollution, mais surtout qu’il poussera les pouvoirs politiques à prendre rapidement des mesures efficaces contre la pollution et ainsi sauver des vies

Pollution

Science