•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trois partis en Ontario condamnent la loi québécoise sur la neutralité religieuse

La première ministre ontarienne condamne l'adoption de la Loi sur la neutralité religieuse au Québec.

La première ministre ontarienne condamne l'adoption de la Loi sur la neutralité religieuse au Québec.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Radio-Canada

Un représentant de chacun des trois partis politiques à l'Assemblée législative de l'Ontario s'est levé en Chambre, jeudi, pour dénoncer le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse, adoptée la veille à Québec. Une pratique très inhabituelle. Il est très rare pour l'Assemblée législative de condamner une Loi adoptée par un autre gouvernement au pays.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Pour une rare fois, les députés des trois partis ontariens ont parlé d'une même voix, s'entendant pour condamner leurs voisins québécois.

La première ministre de l'Ontario, la libérale Kathleen Wynne, qui est très proche de son homologue québécois, Philippe Couillard, juge que dans ce cas, il y a un désaccord fondamental.

Elle considère que cette loi est inacceptable et que c'est le genre de geste qui crée des divisions dans les communautés.

Comprendre, respecter et célébrer nos différences, c'est le fondement de la société inclusive et harmonieuse que nous chérissons tous.

Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario

Mme Wynne craint que la législation québécoise touche de façon disproportionnée les femmes, qui pourraient ainsi se retrouver encore plus isolées. Son procureur général, Yasir Naqvi, avait lui aussi dénoncé cette loi, mercredi.

Selon la loi sur la neutralité religieuse, les services publics doivent être dispensés et reçus à visage découvert. Elle a été approuvée par la majorité libérale à l'Assemblée nationale du Québec, au terme de deux années de débats houleux.

Bien que la Loi ne mentionne pas la burqa et le niqab, les gens qui les portent devraient les retirer durant leurs interactions avec l'État.

Le Québec et l'Ontario, toujours amis

Le procureur général dit avoir exprimé ses préoccupations à son homologue québécoise, la ministre Stéphanie Vallée.

Yasir Naqvi assure que la relation entre l'Ontario et le Québec demeure solide, malgré ce différend fondamental.

Des amis peuvent être en désaccord. Nous sommes des amis proches. C'est important d'exprimer son désaccord [...] Je ne pense pas que ça va affecter la relation entre les premiers ministres Wynne et Couillard, mais ça donne une occasion unique d'échanger des idées.

Yasir Naqvi, procureur général de l'Ontario
La députée du Parti progressiste-conservateur Lisa MacLeod dénonce la Loi québécoise sur la neutralité religieuse.

La députée du Parti progressiste-conservateur, Lisa MacLeod, dénonce la Loi québécoise sur la neutralité religieuse.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

L'opposition officielle s'est aussi prononcée contre la loi québécoise. La députée conservatrice Lisa MacLeod a même demandé que l'Ontario soit partie prenante de tout recours, s'il y en a un. Pour elle, cette loi n'a pas sa place en Ontario et au Canada.

Que vous portiez une croix, un turban un hijab, un kirpan, la kippa ou tout autre symbole religieux, on ne devrait jamais vous refuser les services publics en Ontario ou n'importe où ailleurs au Canada.

Lisa MacLeod, Parti progressiste-conservateur de l'Ontario
Peggy Sattler s'adresse aux membres de l'Assemblée législative de l'Ontario.

Le NPD était représenté par la députée Peggy Sattler pour dénoncer la Loi québécoise sur la neutralité religieuse.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Peggy Sattler du NPD, qui est aussi porte-parole du Parti en matière de condition féminine, a appuyé ses collègues et s'est levée à son tour.

Je suis frappée par le fait que cette loi est adoptée au Québec alors que nous, en Ontario, nous célébrons le mois de l'histoire des femmes et le mois du patrimoine musulman.

Peggy Sattler, Nouveau Parti démocratique de l'Ontario

C'est une loi qu'elle juge dangereuse, qui ne protège pas la sécurité publique, mais qui la compromet, selon elle.

La législation prévoit la possibilité d'accommodements religieux si certains critères sont respectés.

Nord de l'Ontario

Politique